- Publicité -

Inondations à Chemin-Grenier : des habitants envisagent de manifester

Mme Bhunnoo habite depuis très longtemps rue New Mosquée, à Chemin-Grenier, où l’eau a envahi une dizaine de maisons après les grosses averses de la semaine dernière, Elle a passé presque une demi-journée avec sa famille à évacuer l’eau de sa maison « Nou pe soufer bokou. Sak fwa ki lapli tonbe nou bizin tie delo. On ne peut fermer l’œil pendant la nuit car on ne peut savoir ce qui pourrait nous arriver pendant la nuit. »

- Publicité -

Mme Bhunnoo ajoute qu’ en avril de l’année dernière, le ministre Alan Ganoo, député  du No 14 (Savanne/Rivière-Noire), accompagné de ses deux colistiers, Sandra Mayotte et Prakash Ramcharan, des ministres Bobby Hurreeram et Anwar Husnoo, s’étaient rendus dans la région pour faire un constat et rendre visite aux familles qui avaient été victimes des inondations le même mois. Les meubles de cette habitante avaient alors été abîmés. « Je n’ai rien reçu encore malgré les promesses faites pour me rembourser », dit-elle.

Pour rappel, ce jour-là des habitants du village de Chemin-Grenier n’avaient pas caché leur colère et avaient pris à partie le ministre Ganoo et ses collègues. « To finn kouyonn dimoun, pou nanyen tonn vinn minis», avaient reproché des habitants au ministre Ganoo. Les forces de l’ordre avaient dû intervenir pour calmer les esprits. Selon Mme Bhunnoo, rien n’a changé depuis. Elle s’est dite toutefois satisfaite des interventions rapides des pompiers qui ont pu limiter les dégâts. « Zot finn fer enn bon travay », reconnaît-elle.

Devanand Dharma, conseiller du village de Chemin-Grenier, a déjà averti les autorités concernées concernant les grosses averses. « Nous avions décidé d’organiser une manifestation en avril dernier sur New Mosque Road, rue Ernest Lemaire et à Camp-Jeannette, Chemin-Grenier. Nous avons annulé la manifestation après que les autorités ont réagi et lorsqu’un contracteur a été retenu, suite à un appel d’offres lancé pour démarrer les travaux et que la CWA, le CEB, la NDU, le District Council et d’autres instances concernées ont pris la décision de se concerter. Comme d’habitude, les autorités ont fait la sourde oreille. » À chaque fois qu’il pleut, les riverains sont très affectés.

« En tant que conseillers, nous avons constaté que des ouvriers sont à l’œuvre rue Ernest Lemaire depuis un certain temps. Les travaux ont démarré timidement. Combien de temps doit-on attendre ? Si cela continue ainsi, les habitants ne vont pas rester tranquilles. Nous allons mobiliser tous ceux concernés pour organiser une manifestation », prévient le conseiller Dharma.

F., un habitant de Chemin-Grenier et qui lui aussi a été affecté par les grosses averses mardi dernier, est catégorique : « On ne peut rester tranquille et rentrer dans nos coquilles à chaque fois que les autorités font placer des panneaux pour indiquer que des travaux vont démarrer à Chemin-Grenier. Finn ariv ler pou desann dan lari lor sa problem inondation la. Nou finn ase soufer ar sa », se plaint-il.

Après la visite des ministres et députés, un conseiller du ministre Anwar Husnoo avait expliqué dans une vidéo aux habitants de Chemin-Grenier que ce n’était pas facile de trouver un contracteur dans un premier temps pour effectuer les travaux de drains. « Ceux qui ont répondu aux appels d’offres n’étaient pas à la hauteur pour faire des travaux de cette envergure. À la fin, un contracteur a pu décrocher le contrat pour démarrer les travaux. Nou espere ki bann travo pou konplete opli vit. »

Le ministre Husnoo a tenu une réunion en ce début d’année. Étaient présents les ministres Ganoo, Hurreeram, le PPS Ramchurrun. Ils ont discuté des travaux qui sont en cours dans la région pour la mise en place d’un système de drains. Ils ont blâmé le contracteur qui avait pris la responsabilité des travaux qui devraient prendre fin en mars prochain. Et selon les mêmes sources, le contracteur a renvoyé la balle à la Central Water Authority (CWA).

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour