- Publicité -

Cinq Frères… Endemika Gardens : La vanille, le précieux sésame des plantations de Madagascar

Ce jeudi a eu lieu, à Endemika Gardens, Petit-Raffray, Mapou, l’inauguration de la marque Cinq Frères. Une entreprise de vanille et d’épices nouvellement implantée à Maurice et dont les principales activités comprennent la production, l’approvisionnement, la transformation et l’exportation de ces deux produits de haute qualité issus de Madagascar. Une culture venant plus précisément des champs de la région de Sava, dans la Grande île. Matthieu Lougarre, CEO d’Agro Resources Mauritius et tête pensante de ce projet d’envergure, parle de sa vision sur Maurice, qui s’engage dans une nouvelle aventure autour de la commercialisation de la vanille au détail. Incursion…

- Publicité -

Le nom Cinq Frères pourrait prêter à confusion. Il s’agit tout simplement du nom, repris par la filiale Agro Resources Mauritius, gérée par Matthieu Lougarre, d’un champ de vanille à Madagascar. Filiale qui, par ailleurs, a démarré la culture de vanille et d’épices dans la Grande île en 2015. Elle possède aujourd’hui trois plantations et deux centres de transformation à Madagascar.

Avec une certification “Agriculture biologique” d’Ecocert en 2020 et une autre, “Fair Trade”, en 2021, Matthieu Lougarre, CEO d’Agro Resoures Mauritius, surprend par sa vaste connaissance du sujet, et surtout par son aplomb d’avoir su cerner la vanille dans son ensemble. Mais ne vous attendez cependant pas à voir une grande plantation de vanille à Endemika Gardens, Petit-Raffray, où l’entreprise de Matthieu Lougarre a posé les pieds. Seuls 20 plants de vanille abritent en effet une partie de ce jardin, avec toutefois ce plaisir de retrouver ces graines de vanille traitées avec finesse et placées sous cloche.

Les produits sont sélectifs. On y retrouve : de la “vanille gourmet” ainsi que d’autres déclinaisons de noms, tels que la poudre de vanille et le caviar de vanille. Matthieu Lougarre fait un exposé sur d’autres graines, comme les baies roses, le poivre sauvage, le poivre blanc, le poivre noir, le poivre vert, la noix de muscade, le combava, le gingembre, la cannelle, les fèves de cacao… Le poivre sauvage de Madagascar, par exemple, a ce mérite de ne pas être piquant au goût. Quant au cacao, indique notre invité, c’est un nutriment très connu qui se consomme en petites doses pour son apport en magnésium.
On l’aura compris, la marque Cinq Frères est spécialisée dans ce type d’ingrédients. Un des produits phares du moment demeure la cannelle, et le coup de force… la vanille. Car c’est sur ce produit que l’entreprise de Matthieu Lougarre s’est positionnée : lui, en 2009, à Madagascar, et avec son groupe, en 2015. « On a entrepris une culture de vanille et on l’a déclinée en trois produits : la gousse, la poudre de vanille et le caviar. »

On apprend ainsi qu’il faut six kilos de gousses pour un kilo de caviar de vanille, réservé exclusivement à la pâtisserie fine et à d’autres produits venant compléter la gamme. Toutes ces graines qui se trouvent à l’Endemika Gardens proviennent de la plantation de Madagascar. Parmi cette kyrielle de graines disposées avec parcimonie, et considérées comme des bijoux culinaires, mettant en avant leur éclatante couleur, Matthieu Lougarre considère la vanille de Madagascar comme « la reine des épices ».

Vanille des Mascareignes, la reine des épices

La reine semble en tout cas bien à son aise sous la cloche qui lui sert d’apparat. Ce qui est intéressant dans cette entreprise, c’est qu’elle est le reflet de la passion de Matthieu Lougarre pour cette vanille qui passe du mot gousse à une interpellation plus grandiose, celle de “caviar”. Rien qu’à la prononciation de ce nom, on s’imagine déjà devant des tables décorées afin d’accueillir le précieux sésame. Fraîchement débarquée de Madagascar, la vanille de la compagnie possède toutes les qualités, à commencer par son goût, une fois transformée par les mains expertes d’habiles chefs. La mission du maître des lieux est d’apporter, en sus de la saveur, ces mêmes produits de haute qualité directement des champs de la région de Sava, dans le nord-est de Madagascar, sur votre étagère à épices.

L’histoire de Matthieu est passionnante. Il nous renvoie dans les années 2000, dans le nord-est de la Grande île, et plus précisément dans le village de Sarahandrano, où il y réside. Dans cette brousse, Matthieu y découvre alors la culture de la vanille et s’en imprègne grâce aux connaissances des plus variées de Mihen, un notable du village. Le fait de sentir les effluves émanant du plant de vanilles, ou encore de porter des bardas de vanilles pour les étaler au soleil, lui a permis de développer son nez.

Et du nez, Matthieu n’en manque pas, tant il surprend dans la description qu’il fait de la vanille. Imbattable au sujet de cette épice, il apparaît encore plus pointilleux sur les détails. Acheter, affiner, revendre ses premières productions de vanille… L’homme se fait rapidement un nom dans le milieu et parvient même à alimenter les hôtels et les zones touristiques de Madagascar. La qualité de ses produits vanillés lui ouvre les portes sur un contrat vers l’exportation. D’où son plan stratégique consistant à développer ses propres plantations de vanille et de plantes aromatiques à Madagascar.

Ces certifications internationales “Agriculture biologique” d’Ecocert et “Fair Trade” en poche, Matthieu a choisi de s’installer à Maurice il y a tout juste un an. D’abord pour de raisons personnelles, du fait d’abord de la scolarité de sa fille, mais aussi parce que « Maurice présente des avantages certains pour nos activités historiques d’exportation de vanille vers l’Europe et les USA, et ce, en termes de qualité des ressources humaines rencontrées et les facilités logistiques, par le biais du port franc ».

Il poursuit : « Ce projet de s’implanter sur le marché pour toucher les professionnels et les consommateurs était dans les cartons depuis quelques années. Je suis arrivé sur Maurice par le biais d’un vol de rapatriement, et je n’ai eu que quelques jours pour pouvoir emporter en tout et pour tout 20 kg de bagages. Je suis donc parti sans la moindre épice et sans le moins grain de poivre, que j’affectionne tant. Je me suis alors retrouvé à devoir acheter du poivre, produit au Vietnam et conditionné en Afrique du Sud pour être vendu sur le marché mauricien. Poivre détenant donc un bilan carbone certain… que même l’arôme peut satisfaisant ne parvenait pas à couvrir. »

Vanille noire gourmet, la préférée

Matthieu insiste sur le fait qu’il faut repenser son mode de consommation et se diriger vers un commerce de proximité. D’où ce projet, au sein des Mascareignes, qui, du coup, privilégie aussi une proximité régionale. Trouvant dans le même sillage l’importance que les produits régionaux puissent être des étendards de ces valeurs qui s’inscrivent dans la logique d’un développement durable.

Endemika Gardens n’est que la première étape de la vision d’Agro Resources Mauritius, qui propose de la vanille, du poivre blanc, du poivre noir, du poivre vert et le fameux voatsiperfiery (fruit de la liane Piper Borbonense), le poivre sauvage de Madagascar. Mais aussi des baies roses, de la cannelle, de la noix de muscade, du gingembre, du zeste de combava et du cacao. Et bientôt, des produits issus du terroir de Madagascar, dont du riz noir, due foie gras et du café.

L’histoire de Cinq Frères est liée à la région de Sava, dans le nord-est de Madagascar. Pour préserver ce patrimoine environnemental, Matthieu Lougarre a décidé de miser sur la culture de la vanille suivant les préceptes de l’agroécologie. Anthropologue de formation, Matthieu Lougarre, qui a vécu une quinzaine d’années à Madagascar, est connu comme un expert dans l’industrie de la vanille. Cofondateur de la société Agro Resources Madagascar, basée sur un modèle durable consistant à la mise en place, dans la Grande île, d’une plantation de vanille à grande échelle pour assurer la traçabilité et une qualité complète du produit. Sa mission à Maurice est de travailler au développement international et à la diversification de son entreprise.

Depuis le 24 septembre 2020, date à laquelle il s’est installé chez nous, le CEO d’Agro Resources Mauritius, d’origine réunionnaise, trouve que les terres mauriciennes sont « lessivées par la culture intensive » de la canne à sucre. Quant à la culture de la vanille, elle exige de la patience, la première floraison pouvant en effet poindre au bout de… quatre ans. « Tout se fait à la main à Madagascar. La principale composante de la vanille, c’est le vanillier, qu’on obtient quand on la chauffe, mais pas trop, juste à bonne température. Car plus on la chauffera, et plus elle se dégradera. Il faut en théorie maintenir les gousses de vanilles de 40 à 60 °C. La vanille noire gourmet reste la favorite du moment. »

Matthieu Lougarre explique que la petite ombrière mise en place dans les jardins d’Endemika, et qui consiste en 20 plants de vanille, est une découverte pour beaucoup de Mauriciens. L’idée pour lui est de faire découvrir les produits par l’odorat et le goût, via les préparations des chefs cuisiniers. Quant au projet de mettre en place une culture de vanille, il reconnaît que ce serait plutôt un projet de long terme.

Endemika Gardens appartient à la famille Rouillard. Ce n’est qu’en février de cette année que Matthieu a installé son entreprise sur ces lieux, avec l’idée d’une “nursery” qui n’est pas à écarter pour pouvoir commercialiser les graines de vanille. La vanille requiert deux exigences : une pluviométrie suffisante et de l’ensoleillement.

Cinq Frères, une plantation agricole à l’histoire centenaire, est 100% responsable en termes d’impact environnemental et social, tout en offrant aux clients de meilleurs prix sans compromettre la qualité, car étant cultivée sans pesticide et étant certifiée Bio. « Notre focalisation sur la qualité, la mise en œuvre de pratiques agricoles durables et notre travail avec les producteurs locaux ont déjà fidélisé de gros clients des industries alimentaires et cosmétiques. Avec le lancement de la marque Cinq Frères, nous visons à apporter les mêmes produits de qualité directement sur le marché du détail. Notre but est de rapprocher les producteurs des consommateurs et d’offrir de nouvelles opportunités et de meilleurs revenus à nos partenaires locaux, tout en garantissant des produits de meilleure qualité avec un impact environnemental moindre. Posséder nos propres plantations et sourcer nos épices directement auprès des producteurs locaux permettent de proposer à nos clients les meilleurs produits malgaches à des prix compétitifs », conclut Matthieu Lougarre.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour