Alors que pratiquement tous les collèges d’État avaient déjà finalisé l’emploi du temps des “mock exams” pour les Grades 9, 11 et 13 (Form III, Form V et Upper VI) et l’ont même communiqué aux élèves, ils ont dû modifier le calendrier à la suite d’une directive émanant du ministère de l’Éducation leur demandant de « ne pas organiser d’évaluation le vendredi 13 novembre », soit la veille de la fête du Divali.

Par ailleurs, toujours dans les milieux du secondaire d’État, on se demande si les “mock exams” prévus le lundi 23 novembre seront maintenus ce jour-là, étant donné que de nombreux enseignants et recteurs font partie du personnel recruté par la Commission électorale pour le déroulement des élections villageoises le dimanche 22 novembre. Soulignons que la commission envisage de proclamer les résultats de ce scrutin le même jour et que, de ce fait, l’ensemble du personnel sera à pied d’œuvre jusque très tard ce jour-là et peut-être même jusqu’aux petites heures du matin dans certains centres pour le décompte des voix.

D’abord, cette demande du ministère de l’Éducation pour annuler les “mock exams” prévus le vendredi 13 novembre est diversement commentée dans les écoles. Une parenthèse pour souligner que les croyances populaires font de cette date un jour de chance ou de malheur. Rassurez-vous, c’est pour une tout autre raison que le ministère aurait demandé aux responsables de ses collèges de ne pas organiser de “mock exams” ce jour-là. Cette directive communiquée aux écoles pendant la semaine de pause provoque un certain agacement, car il va falloir modifier le calendrier des examens.

En outre, des chefs d’établissements font ressortir que les “mocks exams” terminent généralement tôt et durent rarement au-delà de 13h. De ce fait, selon nos interlocuteurs, les élèves qui sont concernés par la célébration de Divali le lendemain, auront le temps de compléter les préparatifs. « C’est un mauvais précédant. Que se passerait-il si à l’avenir des personnes font la même demande à la veille d’une autre fête religieuse ? », questionnent avec raison ces enseignants mécontents.

Toujours par rapport aux “mock exams” pour les Grades 9,11 et 13, on se demande depuis ce matin dans les collèges d’État si les épreuves programmées le lundi 23 novembre seront maintenues, étant donné qu’un nombre important d’enseignants et de recteurs sont engagés dans le déroulement des élections villageoises qui se tiendront le dimanche 22 novembre et qu’ils devront travailler jusqu’à une heure tardive ce jour-là. « Si la commission maintient la décision de proclamer les résultats le même jour, il n’y a pas de doute que cet exercice prendra beaucoup de temps et durera jusque très tard dans la nuit dans certaines régions, où l’enjeu politique est important. Pourra-t-on demander à ces enseignants et ces recteurs qui auront travaillé jusque très tard le 22 novembre d’être présents très tôt à l’école le lendemain pour veiller au bon déroulement des Mock Exams ? », se demande un Chef de Département.

Par ailleurs, les collèges d’État et privés attendent toujours une communication du Mauritius Examinations Syndicate au sujet d’un éventuel “deloading” – exceptionnel cette année à cause de la période de confinement – du programme d’études du National Certificate of Education et dont les premiers examens sont prévus pour avril 2021. « C’est le MES lui-même lors d’une réunion avec les représentants des syndicats d’enseignants, après le confinement, qui avait évoqué la possibilité d’une diminution exceptionnelle de certains modules dans le programme d’études du NCE. On est presque à la fin du deuxième trimestre et les enseignants de Grade 9 attendent toujours une communication officielle au sujet de ce Deloading du programme d’études », témoigne un enseignant.