- Publicité -

Renganaden Padayachy : « Les bénéficiaires de la pension et autres prestations devront attendre juin 2023 »

Les entreprises en difficulté invitées à prendre contact avec le ministère des Finances, la MRA ou Business Mauritius Le ministre des Finances: « Je demande à Nishal Joyram d'arrêter sa grève de la faim »

Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a déclaré que les paiements de la compensation salariale de Rs 1 000 Across the Board à tous les travailleurs actifs nécessitera des déboursements de l’ordre de Rs 5 milliards.

- Publicité -

Il estime qu’un montant de quelque Rs 50 millions pourrait être nécessaire pour venir en aide aux entreprises n’ayant pas les moyens nécessaires de régler cette compensation salariale. À ce propos, un mécanisme sera mis en place et le soutien sera accordé sur la base du cas par cas. Le ministre s’attend que quelque 350 000 personnes bénéficient de la compensation. Les pensionnés devront toutefois attendre le prochain budget, en juin de l’année prochain, pour voir l’introduction de nouvelles mesures de soutien.

« Nous sommes allés à la limite de nos possibilités et avons fait notre maximum pour montrer notre reconnaissance à la classe des travailleurs. Notre objectif est la réconciliation de toutes les forces économiques du marché pour sortir de la crise. Il y a un temps pour la politique. Nous ne sommes pas dans l’instant politique, mais dans celui du travail. Nous avons toujours travaillé pour les travailleurs, pour la population », a dit le ministre des Finances. Il estime par ailleurs que l’impact de cette augmentation sur l’inflation sera presque nul, mais que celui sur la création de richesses sera au maximum.

Le ministre Padayachy a rencontré la presse en l’absence du ministre du Travail, Soodesh Callychurn qui, a-t-il précisé, devait être présent, mais a été victime d’un malaise mercredi et est toujours au repos. Il s’est cependant réjoui de la solidarité qui prévalu lors de la réunion tripartite. « C’est ce qui a permis d’aller de l’avant afin de sortir de toutes les crises », ajoute-t-il.

Il a par ailleurs précisé qu’après avoir connu une crise sans précédent, avec une décroissance de l’ordre de 15%, l’économie connaîtra une croissance de 7% cette année, selon des indicateurs, ajoutant qu’elle pourrait même aller jusqu’à 7,5%. « Il nous faut continuer de travailler ensemble pour accompagner la reprise économique », a-t-il estimé.
Il a fait mention des effets de la guerre en Ukraine sur l’économie internationale en 2022, qui est à l’origine d’une flambée des prix et du taux de l’inflation, qui a, selon lui, atteint 10,7% à Maurice. Il rappelle que l’inflation est importée à près de 75%. Dans ce contexte, il affirme que la priorité du gouvernement est de soutenir la population, en particulier les plus vulnérables.

Il a fait mention des mesures prises pour venir en aide aux travailleurs et à la population générale pendant la pandémie. « L’économie et le social vont de pair. Malgré la situation difficile qui prévalait en 2020, et le climat difficile marqué par une frayeur à cette époque concernant l’avenir, le gouvernement a réussi à introduire des mesures qui ont permis de sortir de la crise » , poursuit-il.

Pour démontrer que le gouvernement a toujours eu a coeur les travailleurs, il a cité l’introduction du salaire minimum et la Negative Income Tax. Il explique que c’est après des consultations avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, que la compensation de Rs 1 000 a été introduite en faveur des travailleurs actifs. Une aide sera en outre accordée sur la base du cas par cas aux entreprises en difficulté, lesquelles doivent prendre contact avec le ministère des Finances, la Mauritius Revenu Authority (MRA) ou Business Mauritius pour prendre connaissance du mécanisme mis en place.

Invité à commenter la hausse de l’inflation en général, le ministre a d’abord rappelé que le Covid-19 a changé le mode de production dans plusieurs pays. « Elle s’est intensifiée avec la guerre en Ukraine », poursuit-il. Tout en reconnaissant que « la dépendance que nous avons sur certains pays peut nous mettre en difficulté dans une période de crise ».
L’inflation, qui est très élevée, note-t-il, commencera à descendre à partir de l’année prochaine, jusqu’à 5% ou 6%, selon lui, « ce qui est toujours élevé ». Pour lui, le taux raisonnable d’inflation pour un pays comme Maurice est de 3 à 4%. « Nous viendrons avec des mesures au besoin », a-t-il lancé, rappelant que le prix de la bonbonne de gaz devrait tourner autour de Rs 600.

Pour ce qu’il s’agit de la baisse du prix de l’essence, Renganaden Padayachy a repris une déclaration de Pravind Jugnauth, qui a affirmé que « nous sommes sensibles à toutes les douleurs ». Invité a commenté la grève de la faim de Nishal Joyram, il dira : « en tant que Mauricien et patriote, je lui lance un appel pour lui dire que nous sommes sensibles à sa santé. Je lui demande d’arrêter sa grève de la faim. En tant que gouvernement responsable, nous prendrons des décisions appropriées pour la population. Ce gouvernement n’a pas hésité lorsque le besoin s’en est fait sentir. »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour