Le confinement n’aura pas eu que des effets négatifs. Il aura aussi contribué à ce que certains se surpassent. Et c’est le cas de le dire pour Natasha Chittoo, 19 ans, qui se retrouve en finale de Miss England. Un rêve inimaginable il y a un an encore pour cette jeune étudiante en médecine, de mère mauricienne et de père britannique, qui ne connaissait rien des concours de beauté.

Natasha Chittoo et sa mère Laila

Mais elle a profité du lockdown pour surfer sur quelques sites et voilà que son aventure qui a démarré l’année dernière a pris une tournure des plus réjouissantes avec sa nomination pour la finale de Miss England, qui se tiendra le 27 août au Heart of England Events and Conferencing, à Coventry. Fière de ses origines mauriciennes, elle espère remporter le prestigieux titre de Miss England et s’offrir une place au prochain Miss Monde plus tard cette année pour encourager d’autres jeunes filles, dont les Mauriciennes, à rêver toujours plus loin.

À 19 ans, l’habitante de Barnet, dans le nord de Londres, a plusieurs cordes à son arc : elle joue au basket, fait de la natation, joue dans des pièces de théâtre, et surtout, elle donne de son temps dans plusieurs associations caritatives. Et parallèlement, elle fait des études de médecine à l’Imperial College of London. Elle est en deuxième année. Son rêve : devenir médecin dans quelques années. « Peut-être cardiologue », dit-elle. « En tout cas, je veux contribuer à améliorer la vie des gens », dit-elle. Chose qu’elle a déjà commencé à faire depuis quelques années déjà en s’associant à différentes organisations qui œuvrent au bien-être des démunis, des enfants et des autrement capables.

Et depuis l’année dernière, Natasha, qui fait du théâtre depuis son enfance dans une troupe avec des personnes handicapées, œuvre non seulement pour sa propre campagne de soutien aux personnes handicapées pendant la pandémie, mais aussi avec l’organisation caritative britannique pour l’égalité des personnes handicapées, Scope, qui contribue à résoudre les problèmes auxquels sont confrontées les personnes handicapées. Natasha Chittoo est également ambassadrice de l’organisation World Against Single Use Plastic (WASUP), qui vise à réduire les microplastiques entrant dans la chaîne alimentaire et à prévenir d’autres problèmes environnementaux et conséquences biologiques néfastes sur la santé.

« Beauty with a purpose »

Natasha est une jeune femme épanouie et a des journées bien remplies. Cependant, le Covid-19 et le confinement ont changé quelque part sa routine. Pour cause, faute de ne pouvoir sortir l’an dernier en raison du lockdown, la jeune fille, dont la mère Laila est une Mauricienne originaire de Castel, Curepipe, surfe un peu sur le net à la recherche de moyens pour venir en aide aux personnes dans le besoin en cette période de confinement. Elle tombe alors sur le concours de Miss England. En lisant les spécifications du concours, elle prend note de l’importance qu’il accorde au travail caritatif, désormais une partie importante du concours. Natasha décide de se lancer. « Même si j’ai été encouragée par un de mes proches ici à Maurice à participer à des concours de beauté, je n’y avais jamais pensé », dit-elle. Mais là, c’était l’occasion.

Certes, elle sait qu’elle a une jolie bouille comme on dit, mais pour la jeune Anglo-Mauricienne, il s’agit surtout d’une occasion de se mettre une fois de plus au service des autres. Confinement oblige, tout se passe virtuellement. « Il a fallu faire une vidéo d’introduction, puis une vidéo d’un défilé et ensuite une vidéo illustrant un de mes talents. C’était excitant », raconte-t-elle. Retenue pour le concours régional, elle est élue Miss Kensington. Une première victoire à laquelle elle ne s’attendait pas. « J’étais très flattée d’avoir été sacrée Miss Kensington », dit-elle toute fière. S’enchaînent alors les autres étapes, certaines virtuelles, d’autres en live. Mais aussi et surtout pour Natasha, des occasions de mettre sa nature généreuse à contribution du fait que le concours Miss England prône aussi, sous l’égide du concours Miss World, le principe de « Beauty with a purpose », une œuvre de bienfaisance pour la collecte de fonds pour les enfants défavorisés dans le monde.

« Pursue your dreams and dream higher…

La jeune Anglo-Mauricienne, encouragée par ses proches et ses amis, traverse brillamment les différentes étapes du concours qui l’ont menée en finale après les épreuves sportives, celle de la beauté naturelle sans maquillage, et une présentation de sa localité. « Je ne pensais pas arriver si loin. Mais c’est génial et j’espère obtenir le titre de Miss England qui me permettra de faire davantage de choses pour aider les autres », dit-elle. Une qualité que lui ont léguée ses parents, qui lui ont toujours appris à se tourner vers les autres. « Ce qu’il faut et que je veux montrer aux autres jeunes filles, c’est qu’on peut réaliser ce que l’on veut. Il suffit de se donner les moyens. Souvent, les gens pensent qu’à cause des études ou du travail, ils ne peuvent pas faire les choses à côté. Mais il faut se donner l’occasion de faire ce que l’on aime. C’est l’exemple que je veux donner aux jeunes filles : pursue your dreams and dream higher and always have a hand for others. »

Un principe qu’elle veut partager aux Mauriciennes aussi, car Natasha n’oublie jamais ses racines mauriciennes. D’ailleurs, chaque année, excepté les deux dernières, elle vient en vacances dans l’île. « J’adore Maurice. Toute ma famille y est et je suis très fière d’avoir cette mixité en moi. Et de connaître les différentes cultures de notre île merveilleuse, avec ses gens, ses plats et son séga », dit-elle, ajoutant qu’elle aurait adoré dégusté un bon « mine frire » ou « un briani »

.… and always have a hand for others »

La finale du concours Miss England se tiendra le 27 août à Coventry. En attendant, le public dans le monde peut voter pour sa finaliste préférée du concours en téléchargeant l’application Miss England. Les Mauriciens d’ici peuvent aussi télécharger cette application et procéder chaque jour à un vote comme ils le souhaitent pour Natasha. La jeune femme, elle, se prépare activement pour le grand jour, mais veut surtout continuer à contribuer aux œuvres caritatives que prônent les concours de beauté. D’ailleurs si elle obtenait le titre de Miss England, c’est ce qu’elle voudrait promouvoir, dit-elle. Sa prestation pour la finale sera décisive, mais pour Natasha, « l’important c’est de pouvoir porter haut les valeurs que j’ai acquises grâce à mes parents et de porter les couleurs mauriciennes et également britanniques au-devant de la scène anglaise et pourquoi pas mondiale si je remportais le concours qui mène à celui de Miss Monde. »