Le ministre Callychurn

Le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, met fin aux craintes exprimées à propos du non-paiement du boni de fin d’année par certaines entreprises en raison de la COVID-19. Dans une déclaration au Mauricien, le ministre a souligné que la loi, régissant le paiement du boni de fin d’année, « n’a pas changé ». Il ajoute : « C’est une obligation imposée aux entreprises de payer le boni de fin d’année. »

Le ministre a de même profité de l’occasion pour souligner que le respect des droits des travailleurs est « un de mes atouts ». C’est d’ailleurs pourquoi, dit-il, il a animé une réunion hier au siège de son ministère pour ordonner que les travailleurs bangladeshis, blessés dans l’accident de Pailles, continuent à percevoir leur salaire jusqu’à ce qu’ils soient complètement guéris. Il a aussi affirmé que la réunion s’est tenue en présence de l’employeur de ces travailleurs étrangers, le représentant du ministère des Affaires étrangères et celui de la commission du Bangladesh, pour discuter du rapatriement des victimes de cet accident de la route. « Nous sommes en train d’étudier toutes les opportunités en ce qu’il s’agit des vols. Il faut savoir qu’il n’y a pas de vol direct entre Maurice et le Bangladesh. Nous allons quand même effectuer le rapatriement des corps dans les plus brefs délais. Nous avons aussi évoqué la question de compensation aux familles des victimes », a souligné le ministre.

Soodesh Callichurn a aussi indiqué que le représentant de l’entreprise a fait ressortir qu’une police d’assurance avait été prise pour ces travailleurs. Il a aussi affirmé avoir été mis au courant que la sœur d’une des victimes de l’accident fatal est actuellement à Maurice. « Là encore, j’ai demandé aux officiers de mon ministère de faire un suivi sur ce cas particulier », a souligné le ministre.

D’autre part, selon les techniciens du ministère du Travail, les employeurs et les employés du secteur privé sont régis par la Workers Rights Act, qui prévoit le paiement obligatoire d’un boni de fin d’année. Le boni doit être payé cinq jours avant le 25 décembre et la balance au plus tard le dernier jour de travail de l’année. La loi prévoit de même une peine d’emprisonnement allant jusqu’à deux ans et une amende de Rs 25 000 pour non-paiement du boni de fin d’année pour chaque délit.