- Publicité -

Consommation : la jungle au supermarché ou électrochoc pour les consommateurs

Confusion dans les supermarchés après la communication tardive sur le Maximum Mark-Up de 20 à 25%

- Publicité -

Les importateurs font preuve de réticence à communiquer leurs nouveaux prix

Le lait Snowy et les huiles Moroil/Rani/Rajah disparaissent momentanément des rayons du circuit commercial

Le lait Everyday passe Rs 224 à Rs 328/kg

Ce ne fut que tard dans la soirée de jeudi que le ministère du Commerce a communiqué les pourcentages appliqués pour le Maximum Mark-Up des produits qui bénéficiaient jusqu’ici des subsides. Résultat : des importateurs n’ont pas été en mesure de communiquer leurs nouveaux prix dans le commerce, ce qui fait qu’au niveau des prix au détail, c’était la jungle, pour ne pas dire la loi de la jungle dans les supermarchés. Pire encore! De l’électrochoc pour les consommateurs. Dans les supermarchés, on affichait les nouveaux prix au fur et à mesure, quand ce n’était pas la confusion totale. À hier, des produits phares comme le lait Snowy ou les huiles Moroil/Rani/Rajah étaient indisponibles sur les rayons. Les importateurs rassurent toutefois qu’il n’y a pas de pénurie.

Les consommateurs ont eu un jour de répit supplémentaire suivant la levée des subsides sur certains produits de base de consommation. Avec l’introduction du Maximum Mark-Up dans la fourchette de 20 à 25% avec une Special Allowance de 1% et 2%, des importateurs n’avaient pas encore calculé leurs nouveaux prix. Du coup, les supermarchés affichaient encore les prix subventionnés pour certains produits. C’était notamment le cas pour les tomates en conserve de la marque Belinda, qui se vendait encore à Rs 32 la boîte de 425 g ou encore le lait Red Cow, affiché à Rs 224 le sachet d’un kilo. Et ce, pas pour longtemps, car dès ce week-end, la nouvelle tendance à la hausse devrait se faire sentir.

En revanche, d’autres produits ont été révisés à la hausse dès hier matin. Tel est le cas notamment du lait Everyday (1 kg) qui est passé à Rs 328, soit une hausse de 46%. Du coup, c’était la confusion dans un supermarché de la capitale, où deux prix étaient affichés : Rs 224 et Rs 328. Explication fournie par une employée de rayon : dans la précipitation, on a oublié d’enlever l’ancien prix. Idem pour le lait Farmland. Si certains supermarchés ont conservé le prix subventionné de Rs 206,50, un autre supermarché de la capitale était déjà passé au nouveau prix qui est de Rs 277, soit plus 34%.

Le lait Snowy a tout simplement disparu des rayons depuis quelques jours. Résultat du Panic Buying ? Le gérant d’un supermarché évoque des difficultés d’approvisionnement. « Même l’importateur n’en a pas. Je suis en attente depuis deux semaines », dit-il. Sollicité à ce sujet, Lawrence Wong, directeur de La Trobe Co Ltd, assure qu’il n’y a pas de pénurie en avançant que « nous venons de recevoir une nouvelle cargaison et nous allons procéder à la livraison. » Quel sera le nouveau prix ? « J’y travaille encore avec mon équipe de marketing. D’ici lundi, je serai en mesure de communiquer le nouveau prix », répond-il.

Chez Moroil également, les nouveaux prix devaient être fixés à vendredi après-midi (voir détails plus loin). Entre-temps, les rayons des supermarchés consacrés à l’huile comestible étaient plutôt vides. Les marques les plus prisées, dont Rani, Rajah et Moroil, étaient introuvables.

Pour ce qui est des conserves, la boîte de pilchard Lucky Star (425g) est passée de Rs 71,57 (prix subventionné) à Rs 90. Idem pour les boîtes de sardines affichées entre Rs 23 à Rs 26, alors qu’auparavant, elles étaient à Rs 18 à Rs 21.

Concernant les grains secs, le gros pois se vendait entre Rs 35 et Rs 50. En revanche, le haricot blanc semble avoir pris l’ascenseur avec le prix affiché à Rs 61 le sachet. Le dholl petit pois était toujours au prix subventionné, soit entre Rs 15 et Rs 20. L’absence de contrôle également donne lieu à des décalages conséquents sur certains produits, d’un supermarché à un autre. À titre d’exemple, le maïs en grain de la marque O&P se vendait à Rs 44,90 dans un supermarché et à… Rs 59 dans un autre.

Autrement, d’autres produits comme le fromage Kraft, se vendait encore au prix subventionné de Rs 79. S’agissant du beurre, la boîte de Flora (500 g) était toujours vendue au prix subventionné de Rs 96, tandis que celle de Tara (500 g) est passée de Rs 77 à Rs 84.

Commentant cette situation, Jayen Chellum, secrétaire de l’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM), est d’avis qu’il y a une confusion totale étant donné que le ministère du Commerce n’a pas communiqué les prix, mais simplement des pourcentages. « On a dit, par exemple, que le Maximum Mark-Up pour le lait est de 25%. Mais comment le consommateur va se retrouver avec cela ? À mon avis, on aurait dû avoir déjà travaillé les prix avec les importateurs et communiquer le prix maximum autorisé. Dans la conjoncture, les gens sont un peu perdus, ils ne savent pas trop quel est le bon prix ou pas », confie-t-il.

Jayen Chellum souhaite également que les commerçants et importateurs ne privilégient pas le Windfall Gain, en appliquant les nouveaux prix sur des stocks subventionnés. Il espère que le ministère viendra très rapidement avec une liste détaillée de prix pour les différents produits concernés.

Au niveau des consommateurs, c’était également la confusion en cette fin de mois. Des personnes rencontrées dans les supermarchés avouent être un peu perdus entre les anciens prix et les nouveaux. « Déjà, il y a certains produits qu’on ne retrouve même plus sur les rayons, on ne sait jusqu’où vont aller toutes ces augmentations », se demande-t-on. D’autres sont d’avis que « laboutik ek sipermarse inn bien fer profi sa dernye de-zan la ».

MOROIL : Le litre d’huile passe la barre des Rs 100, soit du 100%

La compagnie Moroil a communiqué vendredi après-midi ses nouveaux prix pour les différentes catégories d’huile comestible. Le litre Moroil Soyabean passe de Rs 56 (avec subsides) à Rs 110. Avant les subsides, en juin de l’année dernière, le prix était de Rs 71 pour ce produit.

Le sachet d’huile Rani (1 litre) coûte maintenant Rs 108, contre Rs 53 avec subsides et Rs 67,95 avant les subsides. La même marque d’huile en bouteille est vendue à Rs 109, contre Rs 55 avec les subsides et Rs 69,95 avant subsides. En revanche, le nouveau prix du Moroil Sunflower (1 litre), qui se vendait à Rs 73 avec les subsides, n’a pas encore été communiqué.

Dans un communiqué, la compagnie explique ainsi cette hausse conséquente : « Moroil a toujours rempli sa mission vis-à-vis du pays et a réussi à fournir de l’huile à la population. Les prix des huiles comestibles n’ont sans cesse augmenté depuis le Covid et en encore plus depuis la guerre en Ukraine. » La compagnie rassure toutefois qu’il y a le stock nécessaire pour fournir le marché, mais fait appel aux Mauriciens pour acheter de manière responsable et d’éviter le Panic Buying. Ce qui expliquerait la rupture de stock dans les rayons.

Maximum Mark-Up : les vrais chiffres

Alors que le communiqué du ministère du Commerce indique une fourchette de 20% à 25% comme Maximum Mark-Up pour les produits autrefois subventionnés, la réalité est que le taux pourrait aller jusqu’à 27%. En effet, chaque catégorie de produits bénéficie également d’une special allowance de 1% à 2%. Cela couvre les local costs tels que le transport, le stockage, l’emballage et ainsi de suite. Ce qui veut dire qu’au total, un importateur pourra appliquer 1% ou 2% supplémentaires au “maximum mark up”.

À titre d’exemple, le Proposed Mark Up pour les pâtes est de 25%, mais l’importateur pourra appliquer 27%, incluant les 2% de la Special Allowance. Idem pour les tomates en conserve, par exemple, proposées à 20%, mais qui pourrait passer à 22% avec la special allowance.
Le ministère du Commerce réclame tout de même des justificatifs de la part des importateurs, avant l’affichage des nouveaux prix. Ils devront soumettre leur Return of Cost, accompagné des documents relatifs, à la Price Fixing Unit du ministère.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour