La Contribution sociale généralisée (CSG) n’est pas un plan de pension mais « une taxe additionnelle imposée sur le dos des travailleurs du pays ». Tel est le point de vue de Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) et de la National Trade Union Confederation (NTUC) dans un Position Paper préparé dans le cadre des consultations avec le gouvernement sur la CSG.

Comparant la CSG avec le National Pensions Fund, il souligne d’abord que « la CSG n’est pas un fonds de pension contrairement au NPF qui dispose d’un NPF Investment Committee ». Il devait ajouter que la CSG n’a pas de mandat social et c’est pourquoi, selon lui, « le fonds du NPF sera utilisé » pour payer les prestations sociales jusqu’à ce qu’il « soit à sec » d’ici 30 à 40 ans.

« Therefore, pension benefits at retirement and other benefits will continue to be paid to all private sector employees from the NPF while the fund will receive no contribution from employees as from September 2020. With only outgoing payments and no incoming contributions, the NPF, which presently has a financial strength of Rs 160 B, will be depleted in some 30 to 40 years. With the present number of employees, the CSG will accumulate around Rs 6 B per year and till 2023 when the first differential payment will be disbursed, it will have collected Rs 18 B. The first differential payment will absorb around Rs 12 B for the first year. The Government has claimed that the CSG will be sustainable. In light of the above figures, the claim of Government is inappropriate and totally misleading », souligne le président de la FCSOU. Pour que la CSG devienne soutenable, il aura à adopter le « principe frauduleux du Ponzi Scheme ».

Il est clair, dit-il, que la CSG n’est pas un fonds de pension mais un « buffer fund » pour accorder des subsides à la Basic Retirement Pension (BRP) afin d’augmenter la pension de Rs 9 000 à Rs 13 500, souligne le président de la FCSOU. Il craint fort que les employés du secteur privé, soit ceux ayant commencé à travailler après septembre 2020, ne touchent que la BRP.

« People who will join service in the private sector or any other sector falling under the CSG after September 2020 and contributing to the Fund will not be paid any pension benefit on retirement at the age of 65 contrary to what it is presently under the NPF. These employees will earn only the Basic Retirement Pension. The NPF is a contributory pension fund with employees and employers contributing 3% and 6% of the basic salary. This allows a pension to be paid to the participant/contributor on and above the basic retirement pension », souligne le syndicaliste.

Le syndicaliste souligne aussi qu’il y a une explication pour expliquer pourquoi les contributions à la CSG sont versées au Consolidated Fund au lieu d’un fonds propre à la CSG. La raison est que si la CSG devient insoutenable, « c’est le Consolidated Fund qui sera appelé à payer la pension ». Il trouve étonnant que les membres de l’Assemblée nationale n’aient pas à contribuer à la CSG « car ils sont classifiés comme étant des “public officials”. »