Photo archive

Haniff Peerun (MLC) : « Internet gratuit pour les étudiants et déductions fiscales personnelles augmentées »

Radhakrishna Sadien : « Preparedness Plan en vue de faire face à la COVID-19 dans chaque département du secteur public »

Clency Bibi (GWF) : « Inciter les jeunes à retourner à la terre »

Reaz Chuttoo (CTSP) : « Extension du Workfare Programme »

Internet gratuit pour tous les étudiants, allocation de chômage aux jeunes dans l’attente d’un emploi, contrôle des prix sur  les produits alimentaires, transférer les bénéficiaires du Wage Assistance Scheme au Workfare Programme, augmenter le seuil de déductions à l’ impôt et accroître le taux d’intérêt à l’épargne et révision à la baisse de la TVA. Ces propositions font partie de la Budget Shopping List des syndicalistes lors de leur rencontre en fin de semaine avec le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, qui avait à ses côtés le secrétaire financier, Dev Manraj.

Ainsi, le président de la State and Other Employees Federation (SOEF), Radhakrishna Sadien, est revenu avec force sur la nécessité pour le gouvernement de venir de l’avant avec un Preparedness Plan en vue de faire face à la COVID-19 dans chaque département du secteur public. Aussi, il devait souligner l’importance pour le gouvernement de reconnaître désormais que la COVID-19 est aussi une maladie professionnelle avec pour conséquence directe l’urgence de fournis des équipements de protection à l’intention de tous les travailleurs.

Le président de la SOEF a également fait part de ses inquiétudes quant à l’intention du gouvernement de réduire par 25% les dépenses des ministères et départements. Il craint fort que cette démarche entraîne dans son sillage une diminution dans la qualité de services offerts au grand public. Le respect de l’engagement du GM quant à la date de l’application du rapport du Pay Research Bureau (PRB) a également été évoqué lors de ce tour de table des syndicats.

Pour sa part, le président de la General Workers Federation (GWF), Clency Bibi, a invité le Grand Argentier à créer des conditions pour inciter les jeunes à retourner à la terre. Et ce, avec pour objectif d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Sur le plan de l’emploi, il souligne que le gouvernement ne peut continuellement accorder le Wage Assistance Scheme aux travailleurs. Il suggère plutôt que cette catégorie de travailleurs se fasse inscrire sous le Workfare Programme pour qu’ils puissent à la fois bénéficier d’une allocation financière et en même temps se faire recycler dans d’autres secteurs d’activités économiques.

Le président de la GWF a également demandé au ministre de rétablir le pouvoir d’achat des bénéficiaires du Basic Retirement Pension car ces derniers n’ont pas touché cette année la compensation salariale de Rs 375. Il a aussi mis l’accent sur l’exploitation des eaux territoriales afin de générer de l’emploi et d’accorder des facilités aux individus pour qu’ils puissent faire usage de panneaux solaires.

Pour sa part, le président du Mauritius Labour Congress, Haniff Peerun, propose de rendre gratuit l’accès à Internet pour les étudiants et de réviser à la baisse la Taxe à la Valeur Ajoutée (TVA) sur le téléphone et les cartes prépayées car le pays vit à l’heure de la technologie informatique.

Il souligne aussi l’importance des banques commerciales d’ouvrir leurs portes les samedis en vue de subvenir aux besoins des personnes âgées et de prendre en compte les requêtes des demandeurs d’emprunts. Et de faire ressortir qu’une des priorités consiste à réviser à la hausse les déductions personnelles sur la fiche d’impôt et d’augmenter le taux d’intérêt à l’épargne.

« Je trouve aberrant que le taux d’intérêt à l’épargne à Maurice soit de 0.25%. Jusqu’à quand est-ce que le gouvernement va continuer avec une telle absurdité ?”,  a-t-il déclaré. Et de demander que le Lump Sum ne soit pas taxable. Le président du MLC a aussi mis l’accent sur la libéralisation de la télévision.

Le président de la Confédération des Secteurs Public et Privé (CTSP), Reaz Chuttoo, a souhaité que le gouvernement procède à l’extension du Workfare Programme qui prévoit actuellement une allocation financière pour les douze prochains mois. Que le gouvernement vienne de l’avant avec une loi contraignant les employeurs à payer les travailleurs qui se retrouvent en quarantaine. À ce jour, un employeur n’est pas obligé de rémunérer un travailleur s’il est mis en quarantaine en raison de la COVID-19, dit-il.

À l’intention des travailleurs étrangers, le syndicaliste Chuttoo a proposé la construction d’une maison d’accueil pour qu’ils puissent s’y réfugier lorsque prennent fin leurs contrats de travail.

Quant au contrôle des prix des commodités courantes, il fait savoir que de nombreux commerçants font usage de publicités mensongères. Il faut que le gouvernement agisse cette fois-ci. De plus, il exhorte le gouvernement à introduire une loi visant à améliorer les conditions de travail des éboueurs.