(Archive)

Suttyhudeo Tengur, qui faisait partie de la délégation des associations des consommateurs ayant rencontré le ministre des Finances Renganaden Padayachy jeudi, a réclamé la création d’un poste d’Ombudsperson pour les consommateurs afin de mieux promouvoir les intérêts de ces derniers.

Dans l’ensemble, l’association pour la protection de l’environnement et des consommateurs souhaite que le ministre des Finances présente un budget pragmatique et anti-gaspillage et estime que les mesures devront être ressenties à tous échelons de la société mauricienne, en particulier en cette période de pandémie.

Suttyhudeo Tengur note que la première vague de la pandémie COVID-19 en 2020 a affecté l’économie du pays mais a aussi mis en lumière la mauvaise gestion, le non-respect des procédures d’achat publiques (public procurement), le laisser-aller, l’absence des suivis rigoureux, le manque de prévoyance, l’efficacité et l’efficience des opérations de l’État par rapport aux dépenses encourues et surtout la transparence et l’absence de la bonne gouvernance. Parmi les propositions de l’association figurent le gel des projets mirobolants qui sollicitent des millions mais qui vont dormir dans les tiroirs d’un ministère ; le maintien du ‘welfare state’ et en même temps le soutien aux travailleurs pour éviter une crise sociale. Les aides financières aux secteurs clés, tels l’éducation, la santé et la sécurité sociale, ne doivent pas subir la guillotine. Il suggère que chaque ministère crée un comité avec à sa tête le chef de cabinet pour veiller à ce que les allocations budgétaires tant pour le budget courant que pour le budget de développement soient disposées conformément aux procédures établies et dont le non-respect est fortement décrié dans le dernier rapport du National Audit Office.

Pour sa part, Jayen Chellum de l’ACIM a réclamé une augmentation de 7 à 8 % du budget national pour le secteur de la santé. Ce qui, selon lui, pourra pallier l’augmentation des prix des médicaments.

Il a fait ressortir qu’il faut aussi revoir la taxe sur certains produits alimentaires comme les légumes, les produits surgelés ou en conserve. Il demande aussi au gouvernement de revoir le coût des appels téléphoniques entre les différents opérateurs locaux.
D’autres propositions incluent : l’augmentation du pouvoir d’achat des consommateurs en cette période de pandémie ; la révision de certains projets d’infrastructures afin d’économiser de l’argent et d’investir dans des projets plus adaptés à la situation actuelle ; et l’égalité des chances dans l’éducation en ce qui concerne l’utilisation des outils numériques pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter des produits technologiques.
M. Chellum encourage aussi le gouvernement à revoir certaines dépenses, à continuer à encourager la bonne gouvernance, et à rester vigilant contre la corruption.