Un accord de partenariat entre le Mauritius Sports Council (MSC) et l’Action Développement Le Morne (ADM) a été signé mardi dernier au Green Village, Cotteau-Raffin. L’objectif est de permettre l’épanouissement des jeunes des cycles secondaires et de l’enseignement supérieur à travers le programme “Outdoor Education” qui comprend des activités ludiques, physiques et sportives.

C’est dans cette optique que le MSC et le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse et des Sports et des Loisirs ont collaboré avec l’ADM pour mettre en place toute une série d’activités afin de permettre au Morne Green Village de devenir un “outdoor learning education centre”, situé dans la région décrétée patrimoine mondiale de l’Unesco. Le centre proposera un parcours éducatif et une panoplie d’activités nautiques, entre autres. D’où la signature du protocole d’accord. En transformant le Green Village en un centre d’apprentissage en plein air, ces activités auront définitivement un impact positif sur la vie de chaque Mauricien et permettront de dynamiser l’économie locale.

L’ADM dont la directrice est Agathe Desvaux de Marigny est convaincue que l’engagement social des acteurs de la région est « la voie à suivre ». ADM, dit-elle, réunit deux mondes différents. « Une œuvre caritative qui vise à améliorer la vie des habitants de la région sur le plan social. Et il y a le développement du territoire avec un ambitieux projet. Un projet est avant tout une entreprise humaine et l’ADM s’engage à apporter son soutien. »

Parmi les activités proposées en plein air, il y aura le kayak, la voile, le “stand-up paddle”, le “snorkelling”. Pour ce qui est des activités terrestres : la course d’orientation, le camping. Et sur le plan de l’environnement, le recyclage du plastique, la mise en terre de plants de mangrove et d’autres. L’ADM aidera aussi à trouver des solutions aux problèmes de santé des adolescents et proposera des programmes culturels : contes (route de l’esclavage), danses traditionnelles, initiation au tambour et à la ravanne, poésie, slam.
Grâce à ce partenariat, le MSC mettra sur pied cinq “outdoors centres” à travers l’île. Soit au Morne Green Village dans la région sud-ouest, un centre national de loisirs à Pointe-Jérôme dans le sud-est, un autre à Flic-en-Flac, à Centre-de-Flacq, et un dernier à Anse-La-Raie dans le nord.

Christopher Corneille, aussi connu comme Rasta, qui a débuté comme pêcheur a été tour à tour skipper, musicien, sauveteur en mer, moniteur de kitesurf et guide pour escalader la montagne du Morne. Il est celui qui a fondé la Ti Régate Sailing School en 2013, qui propose des cours aux enfants souhaitant apprendre à manier une pirogue à voile. Il était présent mardi dernier avec les enfants du village de Cotteau-Raffin pour assister à la signature de l’accord de partenariat entre le MSC et l’ADM,

« Je veux donner aux enfants un outil qui pourrait leur servir, surtout ceux qui vivent sur le littoral. Personnellement, je trouve que c’est une manière traditionnelle de s’engager en mer. Il faut que les gens, surtout les enfants, apprennent que la montagne, le lagon et le village du Morne font partie du paysage culturel. »

La Ti Régate Sailing School comptait cinq enfants au début. À présent, elle en compte une vingtaine d’enfants (garçons et filles), âgés entre 7 et 12 ans. « Certaines activités nautiques étaient réservées autrefois à une élite car les équipements étaient très chers et je suis fier d’avoir pu contribuer à démocratiser cette discipline. Zour ki ou vinn dan bann lantrenman, mo kapav dir ou ki ou pou trouv tou kouler pe apran la vwal. Tou kouler dan la mer, etranze e morisien ansam pe apran fer lavwal. Zoli pou geter », dira Christopher qui n’est pas originaire de la région. Il est né à Roche-Bois mais sa famille est venue s’installer à Cotteau-Raffin lorsqu’il était encore enfant. Il n’a pas bougé depuis.

« J’ai grandi entre Cotteau-Raffin et Le Morne et c’est ici que j’ai appris à vivre. »
De pêcheur, il s’est converti donc en skipper et s’est mis à découvrir d’autres activités sportives au Morne. Il a fait la connaissance de Hemsley Lim Sik Fang, un habitant de la région qui avait participé à plusieurs compétitions de voile, une discipline qui a été présentée sept fois aux Jeux des îles de l’océan Indien. Lui a pris part au laser 4.7 et au championnat national à plusieurs reprises. « Cette discipline m’a offert la possibilité de voyager dans beaucoup de pays, de rencontrer d’autres jeunes et de partager mes expériences. »

Hemsley Lim Sik Fang apporte lui aussi son soutien à la Ti Régate Sailing School. « Il faut encourager les enfants à faire des activités nautiques. Il existe des perspectives d’emploi, il faut leur donner l’encadrement nécessaire, leur apprendre à découvrir la mer », fait-il part.
Fernando Labonne, présent depuis la création de la Ti Régate Sailing School en 2013, est moniteur et est engagé dans le social à travers le sport. Il était au Green Village mardi dernier, accompagné de ses deux enfants, Zyion Ely (12 ans) qui fréquente le SSS La Gaulette et Zyiana (10 ans). « Lotorite bizin met bann striktir ek fasilite poi tou zanfan atraver lil pou apran fer lavwal. » Tout comme Hemsley Lim Sik Fang, il croit lui aussi que la voile est un créneau qu’il faut exploiter à Maurice. « Nous avons d’énormes potentiels à Maurice. Il suffit de les encadrer et de leur donner les moyens. » Zyion Ely qui s’entraîne avec son père à la Ti Régate Sailing School ne cache pas son ambition. « Je veux devenir un professionnel dans le sport nautique. »

Le Dr Bernard Baptiste, spécialiste en médecine préventive du sport, accorde tout son soutien aux projets de l’ADM et au MSC. « Nous allons les intéresser davantage à nos activités à travers des événements et les sensibiliser à la protection de l’environnement. Nous favoriserons aussi l’insertion professionnelle des jeunes », confie-t-il.