Les pétitions électorales pour contester les procédures ayant mené aux résultats des élections générales du 7 novembre 2019 n’ont pas encore été prises sur le fond. Les pétitionnaires attendent la défense peaufinée des candidats élus pour que l’affaire soit « in shape » afin de pouvoir être entendus et se concentrer uniquement sur les allégations faites par les pétitionnaires pour réclamer soit l’invalidation des élections générales de 2019, soit un recomptage des votes, dans des circonscriptions où il existe un minime écart entre le troisième et le quatrième élu.

La pétition électorale du député travailliste Ezra Jhuboo, contre Alan Ganoo et ses colistiers, dans la circonscription de Savanne/Rivière-Noire (No 14), sera la première pétition électorale à être entendue lundi prochain. Entre-temps, les pétitions électorales sont appelées en Cour suprême pour finaliser les arguments et pouvoir être prises sur le fond.

La pétition électorale de Navin Ramgoolam, qui souhaite l’invalidation des élections, ainsi que les pétitions électorales de Jenny Adebiro au No 19, Suren Dayal au No 8, Adrien Duval au No 17, Cader Sayed Hossen au No 15 ou encore Arianne Navarre-Marie au No 1, ont aussi été appelées pour un prononcé sur les objections et requêtes préliminaires soulevées avant le “trial case”.