- Publicité -

Cours en ligne : les candidats du NCE intégrés à la veille des vacances scolaires

  • Une circulaire adressée aux chefs d’établissement indique que les cours en ligne doivent démarrer le 10 décembre
  • Jusqu’ici, ces élèves de grade 9 et 9 + suivaient des cours à la télé et sur le Student Support Portal

Le ministère de l’Éducation applique, avec du retard, ce que le privé avait déjà mis en place depuis trois semaines. Les étudiants des grades 9 et 9+ auront de fait aussi droit aux cours en ligne. Sauf que les vacances sont prévues pour le 17. Ce qui fait que ces futurs candidats au National Certificate of Education (NCE) n’auront droit qu’à une semaine de cours seulement…

- Publicité -

Mieux vaut tard que jamais, dit l’adage. Sauf que pour les chefs d’établissement, cette décision inattendue du ministère vient bouleverser leur programme de travail. D’abord, ils devront s’organiser pour prévenir leurs étudiants et les parents concernés que des cours en ligne débutent ce vendredi. Ensuite, il faut aussi modifier le time-table et en informer les enseignants.

Cette démarche du ministère a reçu un accueil mitigé au sein des collèges d’État. Si certains recteurs ont pu tout régler en l’espace de quelques heures, d’autres sont mécontents d’avoir à revoir le timetable à une semaine des vacances. De plus, il a fallu mettre à profit les chefs de section, qui ont pris contact avec les Class Captains. « Il y a un groupe WhatsApp pour chaque classe, et tout le monde a pu ainsi être prévenu », faiton comprendre.

De leur côté, les enseignants sont agacés par une telle situation et déplorent le manque de vision du ministère. Il y a eu beaucoup de pressions du fait que certains collèges privés et les collèges catholiques avaient déjà pris l’initiative d’inclure les classes de grade 9 et de grade 9+ au cours en ligne. La raison étant que ces derniers doivent prendre part aux examens du  National Certificate of Education (NCE) en avril prochain. Les grades 9+ sont des élèves de l’Extended Programme ayant bénéficié d’une année supplémentaire pour se préparer à ces examens.

Le collège privé payant OCEP a même choisi d’ouvrir ses cours en ligne à tous, compte tenu de l’importance de ces examens. Ce qui n’a pas manqué de titiller certains à la MITD House. Des sources indiquent que le ministère n’avait pas inclus ces étudiants initialement, car la plateforme Office 365 ne pouvait accueillir tous ces élèves en même temps.

Les étudiants n’ont pas eu de code pour accéder à cette plateforme non plus. Entre-temps, les enseignants ont été priés d’utiliser les plateformes Zoom et Google Classroom.

Il se pourrait que les grades 7 et 8 soient aussi intégrés si les cours en ligne devaient se poursuivre. Cette décision de dernière minute du ministère laisse aussi planer le doute sur une possible reprise en présentiel en janvier prochain.

Par ailleurs, le ministère a aussi mis au point le Deloading du programme d’études de grade 9 en vue  des prochains examens. Les enseignants et les étudiants ont ainsi été avisés des chapitres qui ne seront pas pris en considération pour le NCE 2021-2022.


Gilberte Chung (SeDEC) : « Cette formule
rigide nous asphyxie »

La réponse de la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, fait réagir les partenaires du secondaire privé. La directrice du Service diocésain de l’Éducation catholique (SeDEC) maintient ainsi que les tentatives de dialogue avec la Private Secondary Education Authority (PSEA) ont été vaines à ce jour.

Leela Devi Dookun-Luchoomun ayant évoqué le « manque de transparence » dans certains comptes des collèges privés subventionnés, le SeDEC a voulu réagir pour clarifier la situation. Gilberte Chung, la directrice, affirme ainsi : «avec les collèges privés Grant-Aided, parmi les collèges catholiques, nous tenons à réaffirmer notre adhésion aux principes de transparence et d’Accountability. Nous l’avons toujours fait. »

Gilberte Chung ajoute toutefois que cette formule rigide imposée pour le paiement de la subvention depuis janvier 2021 « asphyxie les collèges privés et porte atteinte à leur liberté d’exister ». Elle affirme également que les collèges privés subventionnés ont fait des propositions, mais qu’il y a « une impression que personne ne les écoute ».

Elle poursuit : « Nous lançons donc un appel à la PSEA et au ministère de l’Éducation pour que le dialogue se rétablisse. Mettons-nous autour d’une table, discutons pour voir ensemble une solution afin de pouvoir avancer. »

Rappelons que la Fédération des managers des collèges privés, dont fait partie le SeDEC, avait tenu une conférence de presse le 8 novembre dernier pour dénoncer cette situation.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour