« Le capitaine Moswadeck Bheenick pleurait au téléphone en nous demandant de venir vite. » C’est ce qu’a fait ressortir le Superintendent Marine Engineer de la Mauritus Ports Authority (MPA), Narendra Kumar Raghobar, vendredi, à la barre lors de la Cour d’investigation visant à faire la lumière sur le naufrage du remorqueur Sir Gaëtan.

Cette déclaration appuie le témoignage, la veille, de l’assistant Port Master Imran Dowluth, qui avait soutenu que le capitaine Moswadeck Bheenick avait insisté, en vain, auprès de capitaine Kavidev Newoor, pour abandonner l’opération de remorquage de la barge l’Ami Constant. A retenir également le témoignage du responsable de l’Helicopter Squadron, Sachin Gupta, qui a évoqué les difficultés de son unité à localiser le remorqueur à cause du mauvais temps.

Narendra Kumar Raghobar a débuté son témoignage en déclarant qu’il n’était pas au courant que le Sir Gaëtan n’avait pas de Class Certificate avant le drame, car les documents relatifs à ces informations sont restés en possession de hauts fonctionnaires du port. Il est ensuite revenu sur la chronologie des événements qui ont conduit à la mort de quatre marins. « Le rescapé Antonio l’Aiguille m’a appelé vers 18h pour me dire que le remorqueur était sur le chemin du retour. J’étais à la maison lorsque j’ai reçu un second appel du skipper Vischal Tewary qui m’a informé qu’il y avait un trou dans le remorqueur. C’est à ce moment-là que j’ai pris la décision de me rendre à la base de commande », a soutenu Narendra Kumar Raghobar qui a enchaîné avec un récit poignant : « En route, j’ai appelé le capitaine Bheenick qui pleurait et qui demandait de l’aide en criant que “the tug will subside”. »

à la maison

Narendra Kumar Raghobar qui a pris ses fonctions de Superintendent Marine Engineer, le 13 juillet, a déclaré, en réponse à une question du président de la cour, l’ancien juge Gérard Angoh que « ce jour-là, certains membres d’équipage avaient dû redoubler leurs heures de travail. D’où ma décision de les renvoyer à la maison ».

Le Commandant Sachin Gupta, responsable de l’Helicopter Squadron, qui a piloté l’opération de sauvetage le jour fatidique lui a succédé à la barre. Il a souligné que c’était la première fois qu’il a été confronté à d’aussi grandes difficultés pour opérer durant sa carrière compte tenu du mauvais temps et la très faible visibilité. « J’ai aperçu des débris du remorqueur et, plus tard, une première personne a pu être sauvée. Puis, avant de rentrer pour l’approvisionner en carburant, une seconde personne a été secourue. J’ai constaté qu’elle ne portait pas de gilet de sauvetage », a soutenu le commandant qui était aux manettes du Dhruv.

La directrice adjointe de la Mauritus Ports Authority (MPA), Aruna Bunwaree-Ramsaha a expliqué que la direction de l’organisme était consciente que le certificat de sécurité du remorqueur Sir Gaëtan avait expiré. Il y a même eu une réunion, dit-elle, où la décision de remplacer le remorqueur a été prise, « sauf que l’appel d’offres pour l’achat d’un nouveau remorqueur a été annulé en raison de certaines lacunes », dit-elle avant d’ajouter que « la MPA avait l’intention de demander que le remorqueur soit de nouveau classé après les travaux ».