COVID COVID-19 COVID19

Le nombre de décès liés au Covid-19 a pris une tendance haussière faisant un début de septembre des plus meurtriers depuis le début de la pandémie en mars de l’année dernière. De son côté, le mois d’août a été marqué par une explosion du nombre de cas de contamination, laissant voir que la situation serait « out of control ». En effet, 21 funérailles ont eu lieu depuis le 2 septembre dernier à ce jour aux cimetières de Bigara et de Bois Marchand.

11 cortèges funèbres se sont d’ailleurs dirigés vers le nouveau site aménagé pour l’inhumation des porteurs du virus décédés depuis le début de la semaine à Bois Marchand. L’accélération notée des décès interpelle car les autorités sanitaires semblent relativiser cette donne et n’ont attribué que six de ces 21 morts au compte du coronavirus.

Les derniers décès recensés émanent non seulement du New ENT Hospital mais aussi des autres hôpitaux Jeetoo, Sir Seewoosagur Ramgoolam National Hospital, Princess Margaret Orthopaedic Centre et aussi Bruno Cheong à Flacq. La plupart des personnes décédées depuis le weekend écoulé sont âgées entre 50 à 80 ans, laissant entrevoir que les ainés restent les plus à risques dans cette conjoncture propagation du virus avec une moyenne de plus de 200 cas recensés quotidiennement dans le pays et la barre des 12 000 cas franchie depuis le 5 mars dernier, littéralement 1% de la population infectée. L’on craint qu’avec le relâchement des restrictions sanitaires, la situation risque de se détériorer davantage.

Par ailleurs, la tension est montée d’un cran hier entre des habitants de Bois-Marchand et les équipes sanitaires et funèbres lors de l’inhumation d’une personne atteinte du coronavirus. Des résidents de cette localité dont ceux qui habitent juste à côté du cimetière ont fait état de leur mécontentement face à cette décision prise selon eux sans concertation au préalable.

L’enterrement qui devait avoir lieu hier vers 14 heures a dû être interrompu devant les protestations de ces habitants. Des jeunes qui se trouvaient à l’intérieur du cimetière ont fait fuir ces officiers et staff du cimetière qui ont la tâche d’assurer les inhumations selon les protocoles sanitaires. Les contestataires avancent que le lieu identifié au cimetière de Bois Marchand serait trop proche des habitations et aussi d’un coin aménagé pour des prières. Cette protestation a nécessité le déploiement de plusieurs policiers sur les lieux pour calmer les esprits. Les habitants suggèrent entre autres que les autorités aménagent un autre lieu à cet effet en ligne avec les restrictions sanitaires.