(Photo by MANDEL NGAN / AFP)

Le monde avait ri de l’ancien président américain, le controversé Donald Trump, quand ce dernier avait déclaré en 2020 qu’il y aurait moins de cas positifs aux USA si moins de tests PCR étaient réalisés. Somme toute, cela résume le protocole mis en place par le gouvernement de Pravind Jugnauth à l’orée de l’ouverture des frontières début octobre, jugée décisive pour une éventuelle relance de l’économie à travers le tourisme.
Ledit protocole veut qu’une personne ayant été en contact avec quelqu’un testé positif soit accordé sept jours d’auto-isolement, et ce, sans être soumis au moindre test aux hôpitaux. À l’unité de Victoria, à la réception, les préposés font comprendre – en remettant un bout de papier grossièrement découpé sur lequel est écrit Flu Clinic à la plume – que les médecins du Covid-19 Testing Centre remettront « enn papie » à quiconque s’y présentera sans symptômes de Covid. Ainsi, sans faire de test, ils disposeront de sept jours d’auto-isolement, durant lesquels ils devront faire des Rapid Tests.

Ainsi, l’ordre de « si ou pena sinptom, ou pa pou gagn tes » est balancé à tout va afin de décourager les gens de se rendre dans les Covid-19 Testing Centres. Et ainsi faire baisser les chiffres de positivité, qui avaient atteint une moyenne de 300 cas par jour, pour retomber ces derniers temps à moins de 100 cas, grâce au protocole trumpiste.
De plus, ceux trouvés positifs restent chez eux pendant dix jours avant de reprendre leur vie normale, sans n’être soumis à aucun test. Seuls les patients avec de graves symptômes sont traités. Malgré tout, l’hôpital ENT, où sont traités les cas graves, reste saturé, comme nous l’avions annoncé il y a un mois. Les morts directement liés à la Covid, eux, sont annoncés au bon vouloir du ministère de la Santé, dont les chiffres ne coïncident pas avec ceux présentés au Conseil des ministres.

En 2017 nous dressions un parallèle entre l’administration Trump et le gouvernement Jugnauth. Il semble que la gestion de la Covid vienne confirmer davantage nos dires.

A lire également : DANS LES HÔPITAUX PUBLICS, la Santé publique à l’épreuve