Si Maurice est aujourd’hui considérée comme Covid-Safe, les autorités gouvernementales souhaitent tout de même emboîter le pas aux autres pays qui ont entrepris à travers le programme de vaccination de lutter contre la propagation du virus. Il s’agit non seulement d’une stratégie sécuritaire sanitaire pour la population, mais également économique pour la relance des différents secteurs, dont celui du tourisme, avec comme finalité la réouverture des frontières. À ce stade cependant, dans l’attente des  doses vaccinales promises par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à travers la Covax Alliance pour 20% de la population, le pays mise sur des négociations personnelles auprès des laboratoires internationaux pour acquérir des vaccins pour 40 autres pour cent de la population.

Plusieurs laboratoires, dont Pzifer, AstraZeneca, Moderna…, ont été approchés. Et selon nos informations, le choix de Maurice se porterait plutôt sur les vaccins Pzifer, les autorités mauriciennes, se fiant davantage aux recommandations de la FDA (Food and Drug Administration), l’agence américaine des médicaments, l’Union européenne et également l’Angleterre, surtout du fait que ce laboratoire aurait fabriqué le plus de doses et qu’il y a davantage d’études et d’accréditation et de données le concernant qui circulent. Toutefois, les discussions ont été entamées avec les autres laboratoires afin de décupler les chances pour obtenir les vaccins au plus vite, les autorités, selon nos informations, misant pour un début de campagne de vaccination au mois de mars.

Mis à part les doses vaccinales qui devraient être obtenues à travers l’OMS pour vacciner 20% de la population, Maurice compte acquérir d’autres doses pour pouvoir vacciner quelque 775 000  personnes qui le souhaiteront. Pour cela, les autorités ont soumis au mois de décembre des expressions of interest auprès de différents laboratoires afin d’obtenir au plus vite les vaccins. À ce propos, de source bien informée au ministère de la Santé, on apprend que si la communication a été établie avec le Serum Institute of India qui devrait produire 3 milliards de vaccins, à ce stade, les autorités mauriciennes se concentrent sur les avancées des négociations avec le laboratoire Pzifer qui sont en bonne voie, notamment pour finaliser le protocole d’administration du vaccin à Maurice. Les discussions portent actuellement sur le prix, la date de la livraison, la transportation des doses, les conditions de stockage, le respect de la température et de la période de conservation, les méthodes d’administration et les suivis, entre autres.

« Le Vaccination Deployment Plan est prêt et dès que les vaccins arrivent, nous allons faire vacciner en premier lieu les frontaliers », explique une source au ministère de la Santé. Quand démarrera cette campagne de vaccination? À cette question, le préposé reste vague, faisant ressortir que le plus tôt, le mieux ce sera. « En tout cas, l’objectif du gouvernement est de démarrer la campagne au mois de mars », confie-t-il, rappelant que la formation pour le programme de vaccination a déjà démarré. Actuellement, la Santé travaille sur les modalités pour l’administration des vaccins, qui ne seront pas obligatoires. Cependant, les autorités comptent faire une campagne de sensibilisation afin de convaincre le maximum de personnes de se faire vacciner, l’objectif étant d’éviter la propagation du virus et parallèlement de relancer l’économie de Maurice avec la réouverture des frontières.

En attendant, si les tests PCR peuvent aussi détecter les nouvelles variantes de la Covid-19,  Maurice compte sur l’arrivée prochaine d’un séquenceur pour être automne quant à la détection du variant auprès des passagers arrivant au pays  et présentant des symptômes de la Covid-19.