photo d'illustration

Dans le sillage de l’auto-isolement des employés contaminés par la Covid-19, le secteur public dispose d’un protocole visant à minimiser la perturbation des différentes activités. Mais du côté du secteur privé, c’est une autre paire de manches.

Les salariés du secteur privé qui doivent s’auto-isoler, car ayant des risques d’être infectés de la Covid-19, doivent sacrifier leurs local/sick leaves. En effet, face au manque de directives claires, des compagnies du privé taxent les congés de leurs employés, à qui les autorités ont imposé de s’auto-isoler.

Une situation qui insurge les salariés de même que les syndicalistes, qui évoquent un « abus du protocole ». A l’heure actuelle, le risque s’accentue que des employés du privé contaminés par la Covid se présentent malgré tout sur leur lieu de travail. Favorisant ainsi la propagation du virus invisible. Car s’ils n’acceptent pas de sacrifier leurs congés, des patrons n’hésitent pas à réduire leurs salaires.

Les autorités et syndicalistes relèvent qu’il n’y a « toujours pas de protocole » défini pour l’auto-isolement dans le privé. Un aspect déploré par les syndicalistes qui parlent « d’abus des employeurs ».

« Les patrons profitent de la situation », regrette Reeaz Chuttoo, de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé. Cette état des choses, relèvent les syndicalistes, crée « une situation discriminatoire », un protocole sanitaire de « de deux poids deux mesures ».

« Il y a une injustice envers les travailleurs du secteur privé », déplore le syndicaliste, Faizal Ally Beegun. Il explique que les mesures prises jusqu’ici au sein des entreprises du privé visent à maintenir les activités en cas de contamination, en délaissant toutefois l’aspect sanitaire.

Comme solution, il propose que « la Mauritius Revenue Authority aurait pu apporter un soutien financier aux travailleurs touchés par la Covid-19, qui se retrouvent à devoir s’auto-isoler, au lieu de faire face au risque de perdre leur local et sick leaves ».

Du côté du ministère du Travail, on souligne être au courant de cette situation parmi des compagnies du privé. Car pour l’heure, « il n’y a rien de préconisé par la loi » s’agissant des employés du privé devant s’auto-isoler.

« Nous travaillons en ce moment sur un système standard pour tous les secteurs d’activité. En attendant, nous suggérons des négociations entre les employés et leurs employeurs », précise un porte-parole, du ministère du Travail.