L’ancien directeur des services du ministère de la Santé, le Dr Vasantrao Gujadhur, se dit « extrêmement inquiet ». La cause de son état d’esprit : « Les autorités ont levé le confinement sans aucune anticipation, planning ni stratégie. Aucun couvre-feu sanitaire, pas de restrictions. Juste les consignes d’usage de respect des mesures barrières. Et voilà le résultat : plus d’une trentaine de cas de contaminations locales en une dizaine de jours ! Et encore, je prends à partir du 3 mai, après la levée du confinement. Plus de 30 cas en moins de dix jours : c’est beaucoup trop. C’est une situation chaotique ! »

Outre le fait que « la sortie du confinement a été très mal pensée et mal gérée par l’État », poursuit le Dr Gujadhur, les Mauriciens eux aussi « ont une énorme part de responsabilité » dans cet état de choses. « Le 1er mai, jour férié et premier jour du déconfinement, on a vu des gens partout ! Kouma dir inn ouver park bef ! Les gens se ruaient aux quatre coins du pays, faisant preuve d’une immense irresponsabilité. Pas de respect de distanciation sociale, mauvais port du masque… Déjà avec ces deux mesures principales mal respectées, je me demande combien d’autres infractions ont été commises. »

Venant à la situation à Bonne-Terre et à Camp-Diable, les deux dernières régions à être décrétées zones rouges depuis peu, le Dr Gujadhur est d’avis que les autorités concernées ne pratiquent pas le ciblage scientifique. « Je m’explique : dans ces situations précises, avec les données dont les unités de la Santé disposent, par rapport aux personnes contaminées, il faut réaliser un ciblage spécifique des potentiels porteurs du virus. Au lieu de cela, qu’est-ce qu’on a vu depuis que plusieurs villages du sud et maintenant Bonne-Terre ont été décrétés zones rouges ? Des “mass testing” qui ressemblent à des fancy-fairs ! Des présidents et des conseillers de village qui vont chercher des gens pour les faire tester : kiete sa ? Kanpayn elektoral ?! Où l’on fait courir le risque à des personnes qui n’ont pas été exposées au virus d’être en contact avec des potentiels vecteurs du virus ! C’est insensé ! » s’exclame-t-il.

L’ancien patron de la Santé revient à la charge sur le non-respect des mesures sanitaires : « Pas plus tard que ce week-end, un centre commercial des Plaines-Wilhems a organisé une animation musicale. Est-ce bien le moment ? Est-ce que les autorités n’ont pas vu que c’est illogique d’organiser un tel événement où des gens vont se grouper ? »
Le Dr Gujadhur tire la sonnette d’alarme : « Cette semaine, on verra la célébration de la fête Eid ul-Fitr. Les gens vont circuler massivement : tant ceux qui vont fêter que les autres qui voudront profiter d’un long week-end. Quelles sont les dispositions qui ont été prises ? » Et de poursuivre : « On sait que le Premier ministre n’a pas agréé une demande d’un groupe de personnes qui est allé le voir pour ce qui est des prières dans les mosquées. Mais qu’en est-il des milliers de Mauriciens qui vont sortir s’amuser ? Est-ce que certains ne défieront pas l’autorité ? »

Sur la question des “crackdown operations” de la police dans les autobus et le métro, le Dr Gujadhur balaie l’argument d’un revers de main : « Ki ‘crackdown’? Pou dir dimounn met mask kan zot pe asiz enn lor lot ?! C’est une ineptie totale. »