L’Union des étudiants souhaite que les examens de la fin d’année universitaire se déroulent en ligne pour « éviter un “UoM Cluster” » après la détection de cas de Covid-19 au sein de l’institution. Cette  requête ne fait toutefois pas l’unanimité parmi les responsables de l’UoM.

« L’UoM persiste à tenir les examens en face-à-face. Les étudiants venant des quatre coins de Maurice, nous nous exposons à de risques potentiels », soutient le président de l’Union des étudiants, Daveen Persand, qui se dit exaspéré par l’attitude de la direction de l’UoM. Ses craintes : la découverte de nouveaux cas au sein de l’université et que le campus ne se transforme en un UoM Cluster.

« Pour protéger les étudiants, il faudrait que les examens se tiennent en ligne », dit-il, même s’il admet certaines difficultés concernant la surveillance des participants. Toutefois, dit Daveen Persand, « toutes les infrastructures nécessaires sont disponibles » pour le faire. « Si nous ne pouvons pas organiser d’examens en ligne, nous pouvons au moins continuer avec des Assignments  en ligne. Ce n’est pas parce que le gouvernement prend une direction que l’UoM doit forcément lui emboîter le pas », ajoute-t-il.

Daveen Persand explique que le flou persiste sur la tenue des examens depuis trois semaines, aucune décision finale n’ayant en effet été prise quant à la manière dont les examens devaient se dérouler. « De ce fait, nous avions fait des propositions et il semblait que nous allions vers des examens en ligne. Mais finalement, avec l’annonce d’un déconfinement partiel, l’UoM a changé de langage et a décidé d’opter pour le présentiel », dit-il.

Cette décision, précise-t-il, a été prise depuis deux semaines. Or, estime le président de l’Union des étudiants, la situation  a évolué entre-temps. D’où son insistance pour la tenue d’examens en ligne. Pour autant, la direction de l’UoM n’en démord pas : impossible d’opter pour cette solution, et ce, du fait de la difficulté de surveiller les étudiants pendant les examens.

Ses propositions rejetées, l’Union des étudiants a alors fait d’autres suggestions, notamment celle de Continuous Assessments, comme le font d’autres universités . « Pour chaque argument de l’UoM, nous avons donné des solutions. Comment les autres universités arrivent-elles à organiser des examens en ligne, et pas l’UoM ? »

Daveen Persand, qui a aussi écrit à la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, espère que « l’UoM saura prendre ses responsabilités ». Quant à savoir si les étudiants prendront part aux examens, il dit ne pas savoir, car « la situation est encore floue ».

S’il admet qu’une bonne partie des étudiants de l’UoM sont vaccinés, le président de l’Union des étudiants estime néanmoins que le vaccin « ne protège pas totalement » et que les étudiants « peuvent quand même être infectés ». D’autant que beaucoup d’entre eux voyageront par le transport public, et seront donc « encore plus à risque ».

Contactée, une source officielle de l’UoM explique la décision de l’université. Ainsi, selon elle, le sénat a décidé la tenue des examens en face à face du fait que les restrictions ont été assouplies et que « les étudiants se vaccinent ».