Le Mauritius Labour Congress (MLC) réclame la fermeture temporaire des établissements scolaires en raison de la hausse du nombre de cas de Covid-19 dans le pays. Le président du MLC, Haniff Peerun, soutient que de nombreux parents refusent en ce moment d’envoyer leurs enfants à l’école en raison de la prolifération du virus invisible dans le pays. Il demande ainsi à la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, d’ouvrir le dialogue et de consulter les associations de parents, les syndicats du secteur, les enseignants et les représentants du ministère de la Santé.

« Il faut mettre notre ego de côté et s’asseoir autour d’une table pour trouver des solutions durables dans l’intérêt des enfants. Le virus est en train de se propager dans le pays et nos enfants sont exposés. Il y a suffisamment du temps pour faire des cours de rattrapage dans l’intérêt de tout un chacun », déclare le président du MLC. « Combattre le Covid-19 n’est pas une bataille qui est réservée uniquement au gouvernement. C’est une bataille que tous les Mauriciens doivent mener. C’est une responsabilité collective de tous les Mauriciens », ajoute-t-il.

Il est aussi d’avis que les employés du secteur privé doivent recevoir le même traitement dont bénéficient les fonctionnaires s’agissant de la politique de rémunération au cas où un salarié en quarantaine prendrait une Vacation Leave.

Haniff Peerun a affirmé avoir reçu des doléances selon lesquelles plusieurs entreprises « ne sont pas en train de rémunérer les travailleurs pour les jours passés en quarantaine ». Dans une correspondance au ministre du Travail, Soodesh Callichurn, le président du MLC souligne qu’on ne peut pas avoir dans le pays deux catégories de travailleurs pour le même problème.

« The wise decision taken by the Government to implement the Covid-19 leave policies circular note No. 05 of 2021 concerning various special leaves for quarantaine to officers stranded abroad, special leave for self-isolation with full pay and other facilities to public officers are much appreciated. We believe that this inititiave should be implemented in the private sector. Many complaints have been received from our affiliates regarding the non-payment of wages to workers during their quarantine period. We believe that all workers should benefit equal treatment without differentiating the workers of the public and private sector », soutient président du MLC qui est aussi président de l’All Workers Federation.

Par ailleurs, le syndicaliste a dit noter qu’il y a une réticence de la part de la population pour se faire vacciner « en l’absence de transparence ». Il demande ainsi au gouvernement de donner la chance à la population de choisir son vaccin. « C’est en raison des effets secondaires de certains vaccins que les gens ont peur », a-t-il fait ressortir.

Il demande au gouvernement d’autoriser les pharmaciens à importer des vaccins pour que le public puisse faire son choix. Il souhaite que les autorités trouvent une formule de dédommagement pour les patients en quarantaine qui ont été victimes de vols à domicile.
Le président du MLC s’est demandé également si la démission du président du comité des statistiques, Gilbert Gnany, a trait à une ingérence politique. « De toute façon, le MLC ne croit pas dans le taux d’inflation qui est déterminé par cette instance », a-t-il dit. Le MLC propose que le Bureau central des Statistiques soit détaché du ministère des Finances « pour qu’il soit plus indépendant ». En ce qui concerne la publication du rapport du Pay Research Bureau, il a souligné « qu’il y a un silence complet sur la date de la publication du rapport ». Le MLC exige que ce rapport « soit appliqué à partir de janvier 2020 ».