- Publicité -

Liste rouge écarlate : Nouveau coup dur pour les agences de voyage

Elles attendaient le mois de décembre pour enfin sortir la tête hors de l’eau. Après 18 mois d’inactivité en raison de la fermeture des frontières, les réservations s’annonçaient encourageantes. Aussi la décision de la France de placer Maurice sur la liste rouge écarlate, synonyme d’interdiction de voyage entre les deux pays, est accueillie comme un coup de massue.

- Publicité -

La fermeture des frontières avec l’Afrique du Sud n’arrange pas les choses non plus. Depuis hier, les annulations ont commencé à tomber, pour ne pas dire à se multiplier.
Jimmy Tan Yan, directeur général de Cathay Tours, concède que la décision de la France de placer Maurice sur la liste rouge écarlate est un véritable coup dur. Une situation inattendue, alors que les réservations étaient encourageantes deux mois après la réouverture des frontières. « Il y a eu pas mal d’annulations depuis que cette nouvelle est tombée. Surtout de la part des Mauriciens qui avaient prévu de se rendre en France en décembre. Certains étaient ravis à l’idée d’aller rendre visite à leurs enfants et, aujourd’hui, ils sont tous très tristes », fait-il comprendre.

En ce qui concerne les Français, Jilmmy Tan Yan confie que, pour l’heure, la situation est mitigée. Pour le moment, il n’y a pas eu beaucoup d’annulations, mais peut-être que les clients changeront d’avis par la suite, avance-t-il. « Actuellement, il n’y a aucune indication sur le fait que les vols seront annulés. Les réservations d’hôtels sont déjà faites. Beaucoup de clients veulent avoir plus d’informations sur la situation également. Cela, avant même que Maurice soit placée sur la liste rouge »,poursuit-il.
Tout ceci intervient alors que les affaires commençaient à peine à aller mieux, ajoute le directeur général de Cathay Tours. Avec la réouverture complète des frontières en octobre, les réservations étaient encourageantes. « Nous étions très positifs sur la reprise, mais là, c’est un coup de massue, surtout que la France est notre marché principal. Sans compter sur les voyages sont interdits avec La Réunion également, autre marché important, ainsi que l’Afrique du Sud », constate-t-on.

De son côté, Raj Ramnial, Marketing Executive chez Silver Wings, note qu’il y a un certain flou sur la situation. Il cite en exemple le site internet de l’ambassade de France, qui indique que les déplacements sont permis sous un protocole sanitaire strict. Il confirme également des annulations pour cause d’incertitudes. « Il y a des gens qui ont annulé et d’autres qui sont inquiets, car on ne sait pas quand la situation s’améliorera. À notre niveau, on était très optimiste quant à une reprise du secteur, mais là, c’est un véritable coup dur », dit-il.

Ce qui est le plus à craindre, ajoute Raj Ramnial, c’est que d’autres pays d’Europe emboîtent le pas à la France. « De plus, tout a été suspendu avec l’Afrique du Sud. On est dans le flou total, on ne sait comment la situation évoluera », devait-il avouer.
Soulignons que lors de son intervention, mardi, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, avait indiqué : « seules les personnes qui sont de nationalité française, ressortissant européen, ainsi que le personnel diplomatique et navigant pourront rejoindre la France, pour les pays se trouvant sur la liste rouge écarlate. »
L’ambassade de France annonçait sur sa page Facebook que Maurice était sur la liste rouge et que des déplacements étaient possibles pour les personnes vaccinées, en respectant le protocole sanitaire et la liste des motifs impérieux…


TÉMOIGNAGE Justine (enseignante) :
« Je me réjouissais de pouvoir enfin revoir mon fils »

Justine, une enseignante, témoignait récemment de sa douleur de ne pouvoir se rendre en France pour voir son fils, qui y étudie, et qu’elle n’a pas vu depuis deux ans. La raison : elle était vaccinée au Sinopharm, non reconnu en Europe. La décision du gouvernement mauricien d’offrir une « booster dose » de Johnson & Johnson pour les vaccinés au Sinopharm a donc représenté une lueur d’espoir pour Justine, qui n’a pas tardé à faire sa réservation pour la capitale française.

Mais le sort semble s’acharner sur elle, depuis que Maurice a été placée sur la liste rouge écarlate. « Etant enseignante, j’attendais les vacances, le 17 décembre , pour pouvoir enfin faire le déplacement. Cela a été un véritable choc quand j’ai appris que je ne pourrais plus me rendre en France. Franchement, je n’ai pu m’empêcher de pleurer. Je me réjouissais enfin de revoir mon fils, et tout espoir s’est envolé. »

Elle ajoute qu’elle voulait surtout apporter un peu de réconfort à son fils, qui est passé par plusieurs confinements. « Le plus du c’est qu’on ne sait pas quand Maurice sortira de cette liste, avec la situation qui prévaut. Franchement, c’est très dur. »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour