« Forcing us to give our consent is terrorism », « Non à la vaccination forcée », peut-on lire sur des pancartes tenues par des manifestants à Port-Louis. Une mobilisation s’est tenue ce lundi 5 juillet devant le Parlement pour dire non à ce qu’ils considèrent comme une « discrimination » concernant la vaccination contre la Covid-19.

La manifestation pacifique, organisée par plusieurs personnes avait pour but aujourd’hui d’interpeller la population, mais aussi les autorités. « To pe siyn enn consent form kont to gre. Pe mett enn kouto emba lagorz ek sa li pa normal. Dimoun bizin vaksine wi, me pa fors zot ou mett enn kontrint lor zot », lance le porte-parole Reuben Pillay.

Il fait aussi état des étudiants âgés de 18 ans ou plus qui font face à « la vaccination obligatoire ».  Pour rappel, ces derniers devront  présenter leur carte de vaccination ou un document démontrant un test PCR négatif datant de pas plus de sept jours pour avoir accès à leur école respective.