photo illustration

Maurice est le 10e pays africain le plus touché en termes de taux de mortalité lié à la COVID-19. Selon les derniers chiffres, rendus publics par le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Maurice, le Dr Laurent Musango, le taux de fatalité dans le pays par rapport au nombre de cas enregistrés entre le 25 février et le 7 juillet est de 2,9%. Il note ainsi que Maurice est « safe but not free ».

Invité par le Mahatma Gandhi Institute (MGI) pour prononcer le discours annuel marquant l’anniversaire de Nelson Mandela, le Dr Musango indique que le taux de mortalité, dans la société comme au sein du personnel de santé, est un indicateur clé pour mesurer les conséquences de la COVID-19. Ainsi, des 47 pays africains figurant sur cette liste, le Tchad arrive en première position, avec 8,5% de mortalité dans sa population, suivi par le Niger (6,2%), l’Angola (5,4%), l’Algérie (5,7%), le Burkina Faso (5,3%), le Mali (5,1%), la Gambie (4,9%), le Liberia (4,5%), la Tanzanie (4,1%) et, pour clôturer ce triste Top 10, Maurice, avec donc 2,9%.

Pour ce qui est du taux de mortalité parmi le personnel de santé touché par le virus, Maurice est en 6e position. Devancée par le Niger (premier, avec 16,8%), la Guinée-Bissau (13,4%), le Burundi (12,6%), le Liberia (9,9%) et le Mozambique (8,9%). Selon les derniers chiffres de l’OMS, sur 30 membres du personnel de santé qui ont été testés positifs à la COVID-19 à Maurice, la maladie a été fatale à hauteur de 8,8%. Le Dr Musango rappelle en outre que Maurice faisait partie des 13 pays les plus à risque du continent africain en raison de son caractère touristique et que le pays est une plaque tournante. D’autres facteurs, selon lui, expliquaient ce risque, comme le taux de densité élevée du pays, la longue espérance de vie de la population et la prévalence élevée des maladies non transmissibles.

Cependant, poursuit-il, l’engagement politique du gouvernement « a joué un grand rôle pour contenir la maladie » avec l’institution, notamment, d’un High Level Committee présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. D’autres mesures sont venues contrecarrer la progression du virus, tels que la surveillance des points d’entrée (le port et l’aéroport), l’ouverture des centres de quarantaine et d’unités de dépistage du virus, la présence d’une Rapid Response Team 24/7, l’amendement de la Public Health Act et la campagne de communication.

Se fondant sur les chiffres officiels, il avance que la quarantaine a permis « de protéger 1 099 personnes ». Il explique : « Vingt-trois patients ont contaminé 155 personnes, ce qui fait une moyenne de 6,7 personnes contaminées par patient. Dans les centres de quarantaine, 164 personnes testées positives au coronavirus n’ont eu aucun contact avec d’autres personnes. On estime donc le nombre de personnes protégées à 1 099, soit 164 x 6,7. »

Et de rappeler pour conclure que Maurice fait aussi partie des dix pays africains ayant effectué le plus grand nombre de tests PCR et RAT au sein de sa population à ce jour, aux côtés donc du Botswana, de l’Eswatini (ex-Swaziland), du Ghana, de l’Afrique du Sud, du Gabon, de la Mauritanie, du Rwanda, de Sao Tomé-et-Principe et des Seychelles.