Bâtiment du ministère du Travail

Plus de Rs 1,2 milliard. C’est le montant qui a été décaissé au bénéfice de 13 874 travailleurs ayant perdu leur emploi en cette période de pandémie à travers le Transition Unemployment Benefit (TUB), assistance offerte pour un maximum de 12 mois. Au ministère du Travail, on rappelle en outre que plusieurs mesures sont mises en place pour protéger l’emploi, citant ainsi deux amendements apportés à la Workers’ Rights Act.

Le premier concerne l’interdiction pour les employeurs de licencier après avoir bénéficié d’une assistance financière, que ce soit à travers le Wage Assistance Scheme ou toute autre forme d’aide. Quand au second, il implique l’interdiction de limoger si l’entreprise n’a pas introduit une demande en vue d’obtenir un soutien financier pour rester en opération.

Selon le ministère, les entreprises en difficultés peuvent en effet se tourner vers la Banque de développement, la State Investment Corporation (SIC) et la Mauritius Investment Corporation. Dès lors, la seule possibilité pour ces compagnies de procéder à dégraissage de leur personnel est que leur situation soit insoutenable et que leurs demandes d’assistance aient été refusées. Après quoi seulement elles pourront en appeler au Redundancy Board (RB).

Le ministère du Travail dit par ailleurs noter que, depuis l’introduction du virus à Maurice, et les confinements subséquents, 219 dossiers de demandes de licenciement ont été déposés au Redundancy Board , lesquels concernent 2 941 travailleurs. Et de rappeler que la moitié de ces cas ont été rejetés par le RB car les employeurs n’avaient pas formulé de demande de soutien financier.

Les techniciens du ministère soutiennent aussi qu’en sus de ces mesures légales, des plans d’aide sont prévus pour les travailleurs, comme le Wage Assistance Scheme. Ainsi, de mars 2020 à février 2021, le gouvernement a décaissé une somme de Rs 12,5 milliards pour subventionner le salaire de 273 120 employés répartis dans 15 381 entreprises. D’autres types d’aides ont été directement accordés aux entreprises à travers la Mauritius Investment Corporation. Et de faire ressortir encore que, pour le seul secteur de la zone franche, la DBM a accordé un soutien de l’ordre de Rs 1,5 milliard à 42 entreprises.

Le ministère du Travail rappelle que la situation qui prévaut à Maurice n’est pas unique depuis l’arrivée de la Covid-19, le rapport de l’Organisation internationale du Travail ayant en effet fait mention de la perte d’emploi de 114 millions de travailleurs à travers le monde rien que pour 2020. Tandis que chez nous, 7 894 personnes ont été limogées pour des raisons économiques durant cette même période, rapporte le ministère.