Photo illustration

– Une action syndicale pas à écarter si une décision n’est pas prise

Nombreux sont les employés de divers hôpitaux et centres de santé à attendre toujours leur prime de Rs 15 000 promise pour les Frontliners par le gouvernement. Initialement prévu pour le 25 septembre, le paiement devait être repoussé à fin octobre en raison du retard des procédures. Mais les employés concernés sont toujours dans l’attente de leur prime à ce jour. La Federation of Health Services Union annonce des actions syndicales si une décision n’est pas prise jusqu’à la fin de cette semaine.

Les Frontliners du secteur de la Santé indiquent qu’ils auraient dû toucher leur prime de Rs 15 000 depuis le 25 septembre dernier. Puis, la date du paiement a été repoussée à fin octobre. « Nous attendons cette prime depuis trois mois. Dans un premier temps, on nous a fait comprendre que les procédures tardent et que le paiement sera effectué le 25 septembre. Nous avons attendu jusqu’au 7 octobre, et la prime n’a pas été versée. Quand nous avons cherché des explications auprès du département des finances, nous avons été informés que le paiement se fera “sans faute” à la fin du mois d’octobre. Mais à ce jour, nous n’avons toujours rien reçu », déplore un groupe d’employés de l’hôpital civil. Selon les informations disponibles, les employés concernés se réuniront dans les jours à venir pour décider de la marche à suivre.

Idem pour les employés de l’hôpital Brown Séquard, à Beau-Bassin. Selon nos recoupements d’informations, une quarantaine d’employés attendraient la prime promise, dont 24 “general workers”. « Nous faisons le va-et-vient dans le département des Finances pour savoir pourquoi le paiement tarde. Nous avons appris que le dossier avait été envoyé au bureau du Premier ministre et qu’on attend le feu vert pour effectuer les paiements. Cette somme de Rs 15 000 est importante pour nous, surtout les “general workers”, d’autant que nous avons risqué notre vie au plus fort de la pandémie à Maurice », affirment ces employés de Brown Séquard.

Ce problème concerne plusieurs “general workers”, “attendants” et infirmiers affectés dans différents hôpitaux et centres de santé à travers le pays. À la Médiclinic de Plaine-Verte, ce sont les infirmières qui n’ont toujours pas reçu leur prime.

Bholanath Jeewuth, vice-président de la Federation of Health Services Union, avance ainsi que le syndicat a eu une réunion avec la direction et les parties concernées la semaine dernière. « Les responsables concernés nous ont dit que le dossier sera pris en considération cette semaine. Au niveau du syndicat, nous allons accorder un délai jusqu’à ce vendredi à la direction et aux autorités. Si le paiement n’est pas effectué, nous entamerons des actions syndicales », affirme le syndicaliste.

Bholanath Jeewuth rappelle que ces employés d’hôpitaux ont travaillé pendant la crise, certains dans les “Covid hospitals” et d’autres dans les centres de quarantaines. « Ces employés ont été en contact direct avec les patients et les personnes sous observation. Ils méritent un meilleur traitement », dit-il.