Photo d'illustration

Deux touristes trouvés positifs « après que leur test d’entrée a été négatif…»

Des membres de personnels des Resorts, qui accueillent, depuis la réouverture partielle des frontières, les touristes) se disent « très inquiets ». Parmi les raisons invoquées : la détection de deux cas positifs, dans un de ces Resorts, situé dans l’Est, et ce, après que le premier test d’entrée sur ces clients s’était révélé négatif ! Ce qui amène ces pères et mères de familles à se demander : « Qu’est-ce que les services de la Santé comptent mettre en place pour ce type de cas, surtout avec la reprise totale des vols, dès le 1er octobre prochain?»

Le protocole en vigueur dans les établissements hôteliers accueillant des touristes est clair : à l’arrivée, chaque touriste est soumis à un test PCR. En attendant le résultat d’analyse, il reste enfermé dans sa chambre d’hôtel, et n’a aucun contact avec personne. Si son test se révèle positif, il est « placé dans un centre de traitement, pendant la durée de celui-ci ».

Déjà, se demandent ces employés, qu’en est-il de ceux qui l’accompagnent, ses parents et enfants ? Sont-ils en isolement dans le Resort ? Sont-ils soumis à des tests ? Comment cela se passe ?

Et si le PCR est négatif, il peut circuler dans l’enceinte de l’hôtel, fréquenter le restaurant, le bar, la piscine, la plage de l’hôtel, et pratiquer des activités diverses comme les sports nautiques, entre autres. Il n’y a que très peu d’interdictions.
Ce qui a poussé ces quelques membres du personnel de plusieurs établissements hôteliers à « tirer la sonnette d’alarme, par le biais des médias, c’est le fait qu’on a enregistré, il y a quelques jours, deux cas positifs dans un Resort de l’Est, alors que leurs PCR étaient négatifs à l’arrivée à l’hôtel ». Ayant sollicité les services et conseils de médecins, ces employés d’hôtel ont compris que « des personnes peuvent être testées négatives à leur arrivée, mais cela ne veut pas dire qu’elles n’ont pas, peut-être, dans leurs corps, le virus en incubation… C’est ce qui semble être arrivé dans le cas présent, nous ont expliqué les médecins. » Ce qui inquiète ainsi ces employés c’est le fait que durant les deux jours avant qu’ils ne deviennent positifs, quand ils étaient contagieux, donc, ces deux touristes ont été en contact avec tout le staff de l’hôtel, les coaches des activités sportives, entre autres.

Certains de ces employés qui travaillent dans ce Resort en question se demandent « kan pou fer depistaz ar nou ? ». Ils expliquent que « certains collègues ne sont peut-être pas au courant des risques qu’ils ont pris…»
Ces pères et mères de familles avouent que « notre situation est déjà très précaire… Avec les deux vagues de Covid-19, plusieurs parmi nous n’avons plus la même stabilité sociale et professionnelle qu’en 2019. On a eu peur, parce qu’on sait qu’on peut être licencié du jour au lendemain. Et là, si on doit aussi prendre des risques avec notre santé et celle de nos parents et enfants, ça va devenir invivable…»

————————

Variant Delta : la panique !

L’éventualité que le variant Delta entre dans le pays par le biais des touristes, n’est pas à écarter. «L’idée même que ça arrive nous fait déjà paniquer ! », soulignent ces employés des Resorts.
Ils ajoutent : « Nous restons en contact avec l’actualité… On voit ce qui se passe dans les autres pays et on ne veut pas se retrouver dans la même situation. Qui plus est, quand on voit comment ça se passe dans des pays d’Europe ou en Australie, avec Brisbane qui est en lockdown, et à Sydney aussi, par exemple, c’est vraiment la panique… Alors qu’ici on nous dit : out est sous contrôle’ ».
Pas du tout convaincus, ces adultes responsables se demandent« s’il s’agit d’un variant, comment est-ce que la Santé va nous protéger ? Au niveau des hôtels, nous n’avons pas affaire aux officiers de la Santé. Nous aimerions savoir quelle est la procédure…»
——————————

Un vol spécial arrivant des Maldives ce matin

Très tôt ce matin, un vol spécial en provenance de l’archipel des Maldives a atterri au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport. Il ramenait au pays quatre Mauriciens qui avaient fini de purger leur peine d’emprisonnement dans l’archipel. Redevenus libres, ils ont été conduits dans des centres de quarantaine prévus sous le protocole sanitaire de la pandémie de Covid-19 avant de retrouver leurs proches.