Photo illustration
  • Des opérateurs: « Il n’y a aucun mal à rouvrir les frontières avec un protocole sanitaire adapté »,
  • Interrogations sur le système d »online booking » évoqué par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à la télévision

La crise perdure dans les milieux touristiques car les autorités ont décidé de maintenir l’incertitude sur la date d’ouverture des frontières aux visiteurs étrangers. Les opérateurs la réclament à cor et à cri mais la réouverture n’est pas à l’ordre du jour pour les prochaines semaines et le gouvernement n’a toujours pas révélé de date. Pire, le message du Premier ministre, Pravind Jugnauth, lundi dernier, n’a fait qu’épaissir le mystère.

La réouverture en trois phases annoncée suscite moult interrogations… Dans un communiqué suivant la déclaration du Premier ministre, l’Office du tourisme souligne qu’après le rapatriement des Mauriciens et des résidents, « d’autres vols seront programmés à partir de début octobre sur certaines destinations. » Par contre, sur les systèmes de réservations aériens, dont NOTAM, le message est différent, on parle d’« extension of restriction due to COVID-19 pandemic up to 31 october 2020 », précisant que « no passengers will be allowed entry or transit in the Republic of Mauritius » jusqu’à fin octobre. « Which is which ? On ne comprend rien. Le NOTAM dit que tout le booking aérien sera fermé jusqu’au 31 octobre. Cela veut dire que nous ne pouvons prendre aucune réservation jusqu’à cette date. Doit-on comprendre que les frontières vont ouvrir le 1er novembre ? Nos tour-opérateurs étrangers ne cessent de nous questionner sur une date. Ils veulent une date. Ils nous ont soutenus pendant des mois. Peut-on encore leur dire d’attendre pour connaître cette date ?» se demande un opérateur hôtelier.

Un tour-opérateur local se dit lui « déçu » du communiqué de la MTPA émis le septembre. « C’est flou, il ne mentionne pas de date précise pour les vols internationaux acceptant des voyageurs étrangers et il dit que la réouverture complète se fera en fonction de l’évolution de la pandémie, donc rien n’est sûr. » Interrogé devant la hausse de nouveaux cas en Europe actuellement et s’il estime judicieux de rouvrir les frontières à ce stade, alors que le Premier ministre a précisé à maintes reprises que la priorité est « la santé de la population », le tour-opérateur déclare qu’« il n’y a aucun mal à rouvrir les frontières avec un protocole sanitaire adapté, comme les Seychelles et les Maldives l’ont fait. »

En parlant de protocole sanitaire justement, les opérateurs se demandent pourquoi le gouvernement tarde à le divulguer. Le système d’“online booking”, évoqué par le Premier ministre, fait également sourciller… « Nous sommes dans l’obscurité. Dans son message lundi dernier, le Premier ministre a parlé d’online booking, mais comment voulez-vous accepter des réservations en ligne alors que les frontières sont fermées et que l’on ne sait pas quand elles vont rouvrir ? Nous ne savons pas quand les vols commerciaux vont reprendre et nous ne sommes même pas en présence du protocole sanitaire », s’offusque-t-on dans les milieux touristiques. Un hôtelier, familier avec les centrales de réservations, se demande si cela se fera sur une « plateforme unique » pour tout le monde, « qui va gérer cette plateforme » et « qui va empocher les commissions ». Tous font ressortir que le protocole sanitaire, tout comme une date précise, sont des messages clés qui doivent être passés aux partenaires voyagistes étrangers. Cela d’autant qu’à ce stade, environ 75% des établissements hôteliers seraient déjà prêts sur le plan sanitaire.

Un tour-opérateur s’inquiète, quant à lui, du coût du test PCR qui sera effectué à l’aéroport : « Combien cela va coûter ? » Et quid de la quarantaine ? Là encore, le gouvernement reste silencieux quant à la question de savoir si celle-ci sera obligatoire pour les visiteurs étrangers à la réouverture des frontières, payante, et dans quelles conditions elle va se faire.

Devant l’absence d’informations précises, la presse étrangère spécialisée en fait ses choux gras, les spéculations allant bon train. Dans un article mis en ligne le 1er septembre, portant le titre Île Maurice : vers une réouverture (très progressive) des frontières, la journaliste Émilie Vignon, de l’Écho Touristique aborde le sujet. Évoquant le message du Premier ministre lundi et le communiqué de la MTPA sur la réouverture des frontières, notre consœur écrit qu’« aucune date, ni objectif en termes de calendrier, ne sont donc annoncés de façon explicite pour cette troisième phase. »