Photo d'illustration

Ils ont porté secours à leur collègue, qui s’était évanouie sur son lieu de travail, sans savoir que celle-ci était positive au Covid-19. Ces employés se démènent depuis plusieurs jours pour pouvoir faire de tests PCR afin de protéger leurs proches. Sauf que la société qui les emploie a refusé de leur payer le dépistage dans une clinique privée, alors que l’hôpital les a refoulés. Ces employés dénoncent la situation qui prévaut par rapport au nouveau protocole sur le Covid-19.

La semaine dernière, une employée d’une société basée à Ébène est tombée malade et a perdu connaissance sur son lieu de travail. Le premier réflexe de ses collègues a été de lui porter secours, avant d’apprendre plus tard que celle-ci était positive au Covid-19. Depuis, ses collègues sont inquiets et ne savent pas s’ils ont été ou non contaminés. Ils ont donc demandé à la direction de leur entreprise de tests PCR, demande qui a été rejeté. Pire : on leur demande de reprendre le travail, au risque sinon d’être renvoyés.

Ces employés ne savent plus à quel saint se vouer. Ils se sont en effet tournés vers le Bureau du Travail, qui leur a fait comprendre que l’employeur n’a aucune obligation à payer de test PCR. Ce que déplorent ces employés.

Et leur calvaire ne s’arrête pas là. Ces employés se sont rendus dans un centre de santé public pour expliquer qu’ils avaient été en contact avec une personne contaminée. Mais là également, on leur a expliqué que, selon le nouveau protocole, l’hôpital ne fait plus de test PCR pour les membres du public. « Le plus grave, c’est que l’entreprise nous oblige à venir travailler, au risque de perdre notre emploi. Nous avons même demandé au médecin de l’hôpital de nous donner un certificat médical, mais il a refusé. »

Cette situation n’est hélas pas un cas isolé et témoigne de ce qui se passe dans les entreprises depuis la deuxième vague de Covid-19. Après ceux qui ont vu leurs “sick/local leaves” réduits, car ayant dû passer quelques jours en quarantaine ou en isolement, et ceux qui n’ont carrément pas eu de salaires pour ces mêmes raisons, cette fois, les entreprises obligent les employés à venir travailler, qu’ils soient malades ou pas. « Le protocole dit que si on a été en contact avec un cas positif, il faut rester en isolement. Pourquoi alors nous oblige-t-on à venir travailler ? » déclare-t-on.