ATMA SHANTO

Des dirigeants de la Fédération des travailleurs unis (FTU) ont eu une réunion de travail avec des officiers du ministère du Travail hier sur la situation prévalant dans le secteur privé par rapport au Covid-19. Le syndicat avait adressé une lettre au Premier ministre, Pravind Jugnauth, le 14 août dernier, informant ce dernier des abus concernant les réductions de salaires et de congé lorsque les employés sont en quarantaine ou en traitement.

Atma Shanto, le porte-parole, déclare que le ministère est au courant de la situation, mais rien dans la loi actuellement ne protège les travailleurs dans ce genre de situation. « Les officiers m’ont fait comprendre que les dispositions de la Workers Rights Act portant sur les salaires ne s’appliquent pas actuellement. Ils affirment qu’il y a une réflexion en ce moment pour venir de l’avant avec des Regulations spécifiques au Covid-19. J’espère que la réflexion ne va pas durer éternellement, car la situation devient très critique dans le pays. Si rien n’est fait, nous allons vers une crise sociale, et le gouvernement devra assumer ses responsabilités  », dit-il.

Ce dernier se demande également pourquoi le ministère n’a pas songé à des Regulations en vue de protéger les travailleurs plus tôt. Surtout que l’année dernière, la Workers Rights Act avait été amendée sous la Covid-19 Act. « Le gouvernement, qui dit avoir pour objectif de put people first, ne peut laisser les choses s’aggraver. La situation est critique. N’attendons pas un drame pour réagir ! »

Atma Shanto se demande également si le gouvernement est « prisonnier » du secteur privé. Raison pour laquelle il ne réagit pas, dit-il. Le syndicaliste lance également un appel au Premier ministre pour que celui-ci prenne « les mesures qui s’imposent face à cette situation ».