Photo d'illustration

Cette semaine pourrait voir le nombre de contaminations, asymptomatiques et autres, titiller la barre des 2 000

Pravind Jugnauth à Flacq, hier : « Bann ki kont vaksinasion se bann komik danzere »

La progression fulgurante du nombre de cas positifs au Covid-19, asymptomatiques ou autres, sur le terrain, ces dernières semaines, et de décès depuis le début de la semaine ne semble guère inquiéter l’Hôtel du Gouvernement. Par contre, au sein de la population avec la politique officielle de limiter au strict minimum la diffusion des détails sur l’état des lieux de la pandémie, l’appréhension est de mise. La question qui exige un éclairage sans compromis, compte tenu des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des pratiques suivies dans tous les autres pays du monde est principalement de savoir quels sont les foyers alimentant les centaines de cas qui sont répertoriés chaque jour, dont le pic de 402 de mercredi. Dans la conjoncture, la priorité du gouvernement demeure la réouverture totale des frontières à compter du 1er octobre en vue de retrouver un semblant de relance de l’industrie touristique avec en vue la prochaine pointe de la fin de l’année. Intervenant, hier après-midi, lors de la cérémonie de la pose de la première pierre du New Flacq Teaching Hospital, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a réitéré cette urgence socio-économique tout en ridiculisant ceux qui objectent à la campagne vaccinale anti-Covid-19.

Statistiquement parlant, les prochaines 24 heures seront marquées par le fait que sera franchie la barre des 10 000 cas positifs au Covid-19 depuis le début de la pandémie en mars de l’année dernière. Avec la moyenne d’un peu plus de 300 nouveaux patients contaminés quotidiennement ces derniers temps, le pays avait enregistré à la mi-journée d’hier 9 543 cas alors que pour cette fin de semaine, il faudra s’attendre à voir un nouveau record d’au moins de 2 000 en sept jours être homologué. L’arrivée de deux vols intercontinentaux, hier, avec un nombre conséquent de passagers débarquant au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport est suivie avec une attention redoublée quant aux répercussions sur le Tally des cas importés.

Cette explosion du nombre de cas et la tendance à la hausse des admissions dans les centres hospitaliers pour des traitements font que les autorités ont dû ouvrir d’autres facilités, ailleurs qu’à l’hôpital ENT de Vacoas. Ainsi, le Female Day Care et le Ward No 10 du Princess Margaret Orthopaedic Centre ont été convertis pour accueillir des patients infectés au virus. Avec le précédent du New Souillac Hospital, des patients suivant des traitements dialyse à l’hôpital de Candos font part de leurs appréhensions – d’autant plus qu’un premier cas de décès y est survenu au début de la semaine.

En parallèle, le gouvernement ne compte nullement se départir de son objectif de réouverture des frontières du 1er octobre. Au ministère du Tourisme, les dernières consultations sont en cours en vue de mettre au point les détails du protocole à être suivi alors que la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) se jette en première ligne pour amorcer la campagne promotionnelle et surtout rassurer les marchés potentiels pour la relance du tourisme.

De son côté, le Premier ministre a réitéré son souhait que le pays retourne vers une « normalité » après avoir subi l’impact du Covid-19, notamment avec la vague de contamination locale depuis mars. Il est revenu sur la stratégie vaccinale du gouvernement. « Saki pa vaksine, pran zot responsabilite », a-t-il laissé entendre lors de la pose de la première pierre du projet New Flacq Teaching Hospital (NFTH) contrat alloué à la firme indienne Larsen & Toubro. Il a qualifié ceux qui s’opposent à la campagne de vaccination comme « bann komik danzere ».

Ciblant un petit groupe qui s’oppose à la vaccination contre le Covid-19, Pravind Jugnauth dira « parey kan ou ena enn drom ki pena nanyin ladan, kouma tap enn kou li rezone ek kouver tou lawa. Saki panvi vaksine, pa vaksine. Zot pran zot responsabilite. Tapaz pa pou detourn mo latansion ».

Il devait également égratigner l’opposition dans ses attaques. « Kan nou pa ti ankor ena vaksin, nou ti ankor pe fer demars, ena ban antipatriot ti pe kriye. Ti pe dir nou bizin pre-order. Pa kone si zot kone mem ki ve dir pre-order. E ti pe dir pre-order vaksin aprouve par l’OMS. Kan ti pe dir sa, l’OMS mem pa ti ankor aprouv vaksin. Bann komik. Ban komik danzere koumasa parfwa kapav inflians sertin dimounn », dit-il tout en se félicitant des réactions d’une majorité à la nécessité de la vaccination.

Le Premier ministre a également laissé entendre que le pays en entier a subi l’impact de la pandémie. « Li kler ki nou bizin aprann viv avek Covid-19. Bizin pran tou prekosion e an mem tan bann aktivite ekonomik repran e retourn a enn sertin normalite dan lavi ekonomik ek social », a-t-il avancé tout en affirmant que ce retour ne sera pas comme avant.

Pravind Jugnauth a déclaré que la modernisation des services de santé publique s’inscrit en priorité sur l’agenda du gouvernement. « Dan nou program ti deza ena moderniz lasante piblik pou fer li vinn pli efisian ek inovan. Patient res o sant nou preokipasion », rajoute-t-il. « Lopital ki ti konstruir 1922 finn ranze an dezord. Ti azout en 97 ek leta lopital Flacq pe deteriore. Nou fin analise pou gete si kapav renove, me li pa posib », poursuit-il avec ces investissements de Rs 2,6 milliards dans le New Flacq Teaching Hospital.

Ce projet comprendra deux phases avec la première d’une capacité d’accommoder 520 lits. Cette première partie de construction déjà entreprise par la compagnie indienne Larsen & Toubro, sera terminée fin 2022. Le bâtiment couvrira une superficie de 59 712 mètres carrés avec une aire de stationnement pouvant accueillir plus de 500 voitures.

« Zame finn ena tou sa investisman la dan lasante », déclare le PM. La deuxième phase du projet sera axée sur la partie qui sera utilisée pour la formation et les cours dispensés aux professionnels de la médecine.