Photo illustration

L’assouplissement du protocole reporté du 1er au 15 septembre, vu qu’au cours des quatre dernières semaines le pays a enregistré le double des cas, passant de 4 207 à 9 862

Le ministre de la Santé confirme : une quarantaine de décès avec des patients au Covid-19, mais non pas comme cause principale, en sus des 49 répertoriés officiellement depuis mars 2020

2 950 Mauriciens contaminés en auto-isolement, avec cinq patients dans un état critique à l’ENT Hospital sur les 85 hospitalisés

L’Hôtel du gouvernement, qui avait mis au cours de ces derniers jours toutes voiles dehors, en route vers la réouverture des frontières, a finalement pris un gros coup de froid. Cette frilosité est telle que le projet d’assouplissement du protocole en vigueur, avec la jauge de 50 personnes pour tout rassemblement public, passant à 200, devant entrer en vigueur dès le 1er septembre, a été repoussé au 15, dépendant de l’évolution de la situation sur le terrain.

Le Dr Zouberr Joomaye, qui a fait son come-back sur la plateforme de communication du Covid, a attribué cette flambée de cas « à un relâchement des mesures barrières » de la population. Il l’a répété à plusieurs reprises, lors de son intervention aux côtés du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal. Ce dernier a été acculé au point de confirmer qu’outre les 49 décès directement liés au Covid-19 depuis mars de l’année dernière, une quarantaine d’autres cas de mortalité de patients contaminés au virus, mais non considérés comme la cause principale, ont été enregistrés depuis.

Toutefois, à hier après-midi, 2 950 Mauriciens positifs au Covid-19 sont en auto-isolement, alors que 85 autres sont en traitement au Covid-19 ENT Treatment Centre, dont cinq dans un état critique. Outre les 319 nouveaux cas en 24 heures d’hier, le ministère de la Santé a annoncé un autre décès au Covid-19, soit entre sept pour le ministère et au moins neuf, selon d’autres sources, pour la semaine écoulée. Pour sa part, le ministre de la Santé a voulu voir l’autre moitié du verre rempli en citant le taux de vaccination, soit 84,5% pour la population adulte pour la première dose et 76,6% pour les deux doses.
Pour ce qui est de l’autre moitié du verre vide, l’on constatera qu’en quatre semaines, soit du samedi 31 juillet à hier, le nombre de cas a plus que doublé, passant de 4 207, asymptomatiques ou pas, à 9 862. Devant cette évidence, Zouberr Joomaye a dû concéder que « le nombre de cas positifs a augmenté », tout en rejetant la responsabilité sur le dos de la population pour non-respect des gestes barrières.

Face à l’évolution de la situation sur le terrain, le ministère de la Santé a été visiblement contraint à revoir sa copie au sujet de l’assouplissement des protocoles sanitaires en vigueur, initialement prévu pour le 1er septembre. Des milieux informés, cette nouvelle phase pourrait être activée le 15 septembre, soit une potentielle relaxation des restrictions sanitaires, notamment pour les rassemblements publics, qui sont limités à 50 personnes. L’augmentation des cas positifs dans le pays aurait ainsi forcé le Covid-19 High Level Committee, présidé par le Premier ministre, à reporter cette échéance tant attendue dans divers secteurs.

Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que les autorités sanitaires tentent de minimiser l’ampleur de la propagation du virus, tout en concédant qu’on ne peut ouvrir davantage le pays dans la conjoncture. Néanmoins, le mutisme affiché quant à la mise en application des mesures d’assouplissement a provoqué une nouvelle déception dans plusieurs secteurs, notamment des restaurateurs, des gérants de salles de cinéma ou encore des boîtes de nuit, qui étaient dans l’expectative. « Avek sa kantite ka-la, pa kapav ouver ankor plis. Bizin atan ankor inpe », laissait-on entendre officiellement à l’Hôtel du gouvernement après les délibérations du Conseil des ministres. Avec le projet d’assouplissement mis au frigo, il faudra repasser dans trois semaines…