Daniella Cirtanen est une entrepreneuse âgée de 48 ans. Elle est directrice de Dan’s Créations, petite entreprise locale à Grand-Gaube, spécialisée dans la confection de sacs en tissu écru et jute, qu’elle personnalise selon le goût et la demande de ses clients. Ancienne enseignante de la maternelle, elle est devenue entrepreneuse il y a huit ans. Très ambitieuse, elle vise maintenant à ouvrir un magasin où elle pourra mettre en vente toutes ses créations. Rencontre.

Daniella Cirtanen a quitté le collège après avoir complété la Form IV. Elle étudiait au collège International à Triolet. À l’époque, comme toutes les jeunes filles de son âge, elle était ambitieuse. Elle s’est alors inscrite à un cours de formation pour le métier de secrétaire et dactylographe. Sa formation achevée, elle prend de l’emploi comme superviseuse dans une usine. « C’était mon premier emploi. Par la suite, je me suis mariée et je suis venue m’établir à Grand-Gaube. Pendant un an après mon mariage, j’ai travaillé à l’usine. Ensuite, j’ai arrêté. J’ai eu des filles, aujourd’hui âgées de 26 et 20 ans. Je suis devenue femme au foyer », relate Danielle.

La couture est un savoir-faire qui coule dans ses veines. Danielle indique que sa mère et sa tante étaient couturières. Elle a grandi en les regardant coudre des vêtements. « Quand j’étais petite, je passais le plus clair de mon temps avec ma mère et ma tante. Je les regardais coudre et depuis mon jeune âge, j’ai développé un énorme intérêt pour ce savoir-faire. En grandissant, j’ai pris des leçons d’elles et je suis aussi devenue couturière, sauf que je ne faisais pas la couture souvent. Mais,l’occasion s’est à nouveau présentée à moi quand je suis devenue femme au foyer après le mariage. Je me suis relancée dans la couture. Je confectionnais de petites robes et des ensembles pour mes filles. Je prenais aussi de petites commandes des proches, amis et voisins », dit-elle.

Un jour, Danielle rencontre une copine qui lui propose de venir travailler comme enseignante dans une école maternelle à Piton. Elle abandonne encore une fois la couture pour commencer une nouvelle aventure. « J’ai travaillé pendant cinq ans dans cette école maternelle à Piton, puis huit ans dans une autre école à Goodlands. A la fin, je suis venue travailler à Port-Louis. Quand je travaillais comme enseignante, j’avais cessé de prendre des commandes. Je ne faisais que des robes pour mes filles et moi. Un beau jour, je suis tombée sur une copine qui s’était établie en Angleterre. Elle m’a invitée chez elle. Elle m’a alors montré sa machine à broderie dont je suis tombée éperdument amoureuse. C’était vraiment le coup de foudre. J’ai eu envie d’avoir un modèle similaire », confie Danielle.
Faisant part de son intérêt à sa copine, cette dernière lui envoie une machine à broderie similaire à la sienne d’Angleterre. Selon Daniella, ce modèle n’était pas encore disponible sur le marché local. « Quand j’ai eu la machine, j’ai commencé à pratiquer la broderie. En sus des robes et ensembles pour femmes, j’ai commencé à coudre de petits sacs sur lesquels j’ajoutais de petites broderies. Je confectionnais ces accessoires pour mes filles et les gens de mon entourage. C’est d’ailleurs leur réaction qui m’a fait réaliser que je pouvais me lancer dans l’entreprenariat », souligne cette habitante de Grand-Gaube.

Daniella abandonne alors le métier d’enseignante à l’école préprimaire et se relance dans la couture. Elle propose de coudre de petits sacs de brioche personnalisés à une copine qui préparait la première communion de son enfant. Celle-ci accepte et lui donne une commande. « Après avoir confectionné les sacs personnalisés, j’ai pris des photos pour les poster sur ma page Facebook. Très vite, mes amis ainsi d’autres personnes ont commencé à “like” mes photos. Certaines m’ont même envoyé des messages pour passer des commandes. C’est mes débuts comme entrepreneuse », fait-elle ressortir.

Daniella parvient même à décrocher une commande importante de 200 sacs de brioche pour une première communion. « C’était une grosse commande qui m’a poussée à réfléchir sur mon avenir et à ce que je voulais devenir. Après cette commande, j’ai décidé de prendre un “break” d’un an pour mieux réfléchir, et surtout mieux me préparer par rapport à ce que je voulais. Je me suis rendue au National Women Entrepreneur Council pour devenir membre et bénéficier des formations disponibles. Ainsi, j’ai suivi des cours en leadership, en marketing et en gestion de l’entreprise. Puis, j’ai officiellement lancé mon entreprise que j’ai baptisée Dan’s Creations. Outre les sacs de brioche, j’ai commencé à confectionner d’autres produits personnalisés comme des trousses pour maquillage, des sacs à main, des sacs de plage, des porte-alliances, entre autres, avec des dessins ou des noms brodés ou peints dessus. C’est grâce à mes deux filles, qui me demandent toujours de leur coudre un petit sac pour les diverses sorties, que je suis devenue femme entrepreneure », précise-t-elle.

Pour se faire connaître, Danielle affiche les photos d’une panoplie de produits sur sa page Facebook. Elle va aussi à la rencontre de ses anciens collègues de la maternelle pour présenter ses œuvres. Puis, la promotion s’est faite de bouche à l’oreille. Vite, elle parvient à construire un réseau de clientèle. Elle participe aussi à des foires de PME ainsi qu’à des expos ventes pour promouvoir davantage ses produits. « Mes produits sont très appréciés grâce à sa qualité. Ce sont des sacs faits à base de tissu écru. Il y a aussi des sacs en jute. L’intérieur des sacs et des trousses est plastifié pour qu’ils soient “waterproof”. De plus, les prix sont très abordables », dit-elle. Le dernier produit en vogue de Danielle est le sac à pain. Cette dernière a confectionné un sac pour les pains baguettes, très pratique et idéal.

Il est disponible en plusieurs dimensions. Les sacs en jute, dit-elle, sont disponibles en plusieurs modèles, ce qui attire les clients étrangers. « Je reçois d’ailleurs des commandes des magasins d’hôtel pour les sacs en jute. Tous mes produits sont personnalisés selon la demande de mes clients. Je peux broder ou peindre sur le sac. Je le personnalise en faisant un dessin à la peinture ou en brodant un nom ou un dessin dessus. Ainsi, ces sacs deviennent aussi des cadeaux idéals pour les fêtes d’anniversaire », fait-elle ressortir.
Daniella travaille actuellement dans une pièce de sa maison. « J’ai construit une petite pièce que j’ai transformée en atelier de travail. Mon époux est menuisier et il a aménagé la pièce à ma manière. Pour ce qui est du travail, mes filles me sont d’un grand soutien. Elles me donnent un coup de main quand je suis débordée », affirme Danielle.

Comme projets futurs, elle compte ouvrir un magasin dans lequel elle pourra mettre en vente ses produits. Elle souhaite aussi obtenir de grosses commandes afin qu’elle puisse employer des femmes dans le besoin pour travailler avec elle. « La couture n’est pas un métier difficile si on aime le faire. Je suis sûre que beaucoup de femmes issues de milieux défavorisés voudront travailler avec moi », dit-elle.