- Publicité -

Dérèglement climatique: Le froid de canard de ces derniers temps influencera la production des fruits d’été

— La mangue particulièrement affectée, selon des professionnels du secteur

Le froid de canard de ces dernières semaines, associé au temps pluvieux, venteux et nuageux, aura des conséquences sur la production des fruits d’été tels la mangue, le litchi et la longane, estiment des professionnels du secteur. L’on constate déjà un certain retard dans la floraison. Aussi, maintenant que la région se remet des effets négatifs des récents anticyclones, les professionnels de la filière fruitière souhaitent désormais un hiver plus doux, avec notamment un bon ensoleillement.

- Publicité -

Selon Eric Mangar, agronome et animateur du Mouvement Pour l’Autosuffisance Alimentaire (MAA), contrairement à la situation habituelle chaque année, seuls des manguiers ayant atteint leur pleine maturité sont fleuris. Ceux de pousse plus récente n’ont pas encore connu de floraison. Cette année donc, la plupart des manguiers pourraient fleurir avec du retard. Encore qu’il faille que le temps ne se dégrade pas de nouveau, comme avec l’apparition de nouveaux anticyclones susceptibles de faire chuter un peu trop la température et occasionner parallèlement des vents forts et un temps nuageux. Des nuages persistants qui priveraient alors les arbres de la luminosité nécessaire à une floraison optimale.

Mais déjà, compte tenu des contrecoups des premières semaines d’un hiver plus rigoureux, les spécialistes du secteur s’accordent à dire que la récolte des manques l’été prochain sera d’un niveau moyen. En tout cas, pas comparable à celle de l’an dernier, quand ce fruit était en abondance. Surtout disponible aux Plaines-Wilhems et dans les districts du Nord, la mangue est le fruit le plus présent à Maurice, notamment dans les arrière-cours. Selon le dernier Housing and Population Census (2011), on comptait un total de 115 491 manguiers. Fruit saisonnier, on en avait récolté pour 1 150 tonnes selon le dernier recensement agricole de 2014.

Par ailleurs, les professionnels du secteur sont d’avis que les litchis subiront un moindre mal par rapport à la mangue. Il semble en effet que puisque le début de la floraison habituelle de cet autre fruit d’été intervient normalement un peu après la mangue, le litchi semble ne pas avoir été autant perturbé par les conditions climatiques défavorables de ces récentes semaines d’hiver particulièrement rigoureux. Des planteurs de Montagne-Longue, dans le nord, une région géographique moins exposée au froid que les hauts plateaux, disent même, par exemple, s’attendre à une bonne récolte cet été.

Mais il est entendu que tout dépendra de l’absence d’une nouvelle détérioration du temps durant la pleine floraison et la fructification. Sans parler, bien évidemment, de l’étendue de la voracité, cet été, de nos amis les chauves-souris frugivores… Autre arbre fruitier très répandu à Maurice, on comptait un total de 32 073 litchis dans des arrière-cours d’après le dernier Housing and Population Census (2011). Plus de 65% de ces litchis se trouvent aux Plaines-Wilhems et dans les districts du nord. Selon le dernier recensement agricol de 2014, quelque 2 700 tonnes de litchis avaient été récoltées cette année-là.

Quant aux longanes, il faudra attendre les premières floraisons vers le mois de septembre pour être fixé quant aux perspectives de production pour cet été. Mais à titre indicatif, il est bon de savoir que la production de ce fruit est bien moins importante : seulement 80 tonnes selon le même recensement agricole de 2014. Soit moins de  % du total des quelque 29 000 tonnes de fruits locaux globalement produits en 2014.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour