• Avec la barre des 200 cas positifs, l’Hôtel du GM craint que la 2e vague de COVID-19 n’ait pas encore atteint son pic

Des recoupements d’informations émanant des délibérations de samedi du National High-Level Committee, présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, laissent entrevoir des doutes quant à la fin du confinement en fin de semaine, soit à partir de jeudi soir. Ces craintes gravitent autour de plusieurs facteurs sur le terrain, notamment le cap des 200 cas positifs et le nouveau Cluster de Canot, village classé en zone rouge depuis vendredi dernier.

Bien que le National High-Level Committee ait pris une Off-Day hier, les discussions se sont tout de même poursuivies entre les techniciens de plusieurs départements à l’Hôtel du GM durant le week-end pour une évaluation de la situation sur le plan sanitaire, notamment avec la barre des 200 cas atteinte en l’espace de 18 jours depuis le premier cas local de cette deuxième vague de Covid-19 à Maurice, soit le 5 mars dernier.

À ce jour, plus de 1 700 personnes ont été placées en quarantaine, étant soit des proches des cas enregistrés ou encore des cas découlant des exercices de “Contact Tracing” entamés. On laisse entendre que les appréhensions sont de mise dans le contexte actuel, avec une courbe ascendante du nombre de cas toujours à l’ordre du jour. Les espoirs d’une sortie du Lockdown se sont donc largement réduits depuis vendredi, avec les neuf cas positifs de l’opération de Random Tests effectués par les autorités sanitaires du côté de Canot, contraignant à y placer un deuxième “tag” de zone rouge dans le pays, après les circonscriptions 15, 16 et 17. Dans les milieux de la Santé, on estime que la situation serait peut-être bien pire qu’elle semble être, avec la preuve qu’il y aurait donc d’autres cas encore à retracer dans la nature.

L’on affirme au niveau des professionnels dans le domaine sanitaire que l’on devrait avoir au moins trois jours consécutifs de zéro cas enregistrés dans le pays pour pouvoir se pencher sur un éventuel déconfinement, soit une “flattened curve” de la propagation. D’ailleurs, on a découvert hier six cas positifs au sein d’une même famille du côté de Dubreuil. Ce « foyer » de contamination serait lié aux “clusters” existants à Curepipe. À ce rythme, l’on n’envisagerait pas d’accélérer le processus menant vers un retour à la normale. L’on compte plutôt miser sur une série de tests aléatoires, notamment du côté des régions avoisinantes des No 15, 16 et 17, mais aussi de Canot. On avance qu’à présent, il faudra attendre les résultats de ces Random Tests pour aider à l’orientation de la décision à prendre dans les prochains jours, avec l’expiration du Lockdown, annoncé dans la soirée du 9 mars dernier, soit ce jeudi 25 mars à 20h. Au PMO, on affirme que l’évolution de la situation sanitaire dans les prochaines heures et prochains jours devrait donner plus de visibilité quant à savoir si la propagation locale a déjà atteint son “peak”.

Dans l’intervalle, les discussions se poursuivent à l’hôtel du gouvernement quant aux multiples phases de la réouverture du pays, prenant en compte que plus de 200 000 employés, du secteur public et privé, sont en circulation dans les quatre coins de l’île. L’on se pencherait, selon des sources concordantes, vers une évaluation des secteurs prioritaires que l’on devrait pouvoir relancer rapidement dans le cadre de cette conjoncture économique difficile. On évoque aussi dans certains milieux le prolongement du confinement au niveau des deux zones et une “easing” du Lockdown pour le reste du pays, avec un réglage serré des mouvements à travers le pays. Sans compter le casse-tête des mouvements des étudiants avec la nouvelle saison d’examens de fin de cycle dans le secondaire principalement.

Affaire à suivre…