Que les patients dialysés soient immédiatement transférés dans des salles dédiées à l’hôpital Nehru ou à l’hôpital Dr Bruno Cheong, où est déjà admis un patient avec des besoins particuliers.

C’est ce que demande la Consumer Advocacy Platform (CAP) dans un communiqué adressé à la presse. L’association estime en effet qu’il faut « revoir la stratégie de quarantaine » pour ces patients, soulignant que « pour les psychologues », dans le cas de ces patients sous dialyse, « l’isolement accentue l’angoisse ». Selon la CAP, « c’est dans un milieu hospitalier qu’ils pourront dialoguer avec leurs semblables ».

Le porte-parole de la CAP, Mosadeq Sahebdin, demande de fait au ministère de la Santé de changer sa stratégie d’isolement des patients sous dialyse et mis en quarantaine dans divers hôtels, notamment ceux d’un hôtel du sud. « Du fait que la période de quarantaine de ces derniers aurait été prolongée suite à la contamination d’une infirmière, il est impératif que le ministère prenne des dispositions pour soulager leur angoisse et leur stress post-traumatique. C’est en milieu hospitalier que ces patients, à besoins spéciaux, pourront bénéficier d’une surveillance médicale constante. »

Dans un autre registre, l’association demande que le Dr Gaud, dont elle « ne remet pas en cause les compétences », fasse preuve « d’humilité », tout en consultant les néphrologues du ministère, « en vue de décider de ce qui est mieux pour les patients sous dialyse ». La CAP souligne que les patients sous dialyse « subissent déjà une conséquence émotionnelle lourde » du fait de leur maladie. Ces patients sont « agressés mentalement » par la quarantaine, l’isolement sensoriel portant, selon les psychologues, un effet négatif sur leur cerveau, ajoute l’association. « Leur situation précaire nécessite une prise en charge complètement différente des autres personnes qui sont en quarantaine. »

L’association demande ainsi que ces patients bénéficient d’un accompagnement psychologique approprié en vue de leur permettre de faire face à leur nouvelle situation. « Nous voulons attirer l’attention sur une étude publiée par The Lancet, qui affirme que la quarantaine entraîne des effets de stress post-traumatique, dont la fatigue physique, la fatigue mentale, la dépression, l’insomnie et l’angoisse. » Tout cela n’empêche cependant pas la CAP de saluer « le dévouement » du personnel de santé et de les remercier « pour les efforts consentis en cette période de crise ».