Suivant la publication du rapport sur Britam, Roshi Bhadain a fait servir une mise en demeure contre le ministre Bobby Hurreeram et à First Talk Ltd. Le leader du Reform Party réclame des dommages de Rs 50 millions pour les préjudices qui auraient été causés et évoque une démarche qu’il estime malicieuse de la part du ministre en vue de ternir sa réputation.

Cette mise en demeure fait suite aux propos tenus par le ministre lors d’une émission sur une radio privée. Bobby Hurreeram, qui était en compagnie d’autres invités sur le plateau, avait abordé l’affaire de la vente de Britam et avait formulé des accusations contre le leader du Reform Party au sujet d’une somme de Rs 1.9 milliard qui seraient introuvables.

« Whereas the Abovenamed Party (Roshi Bhadain) vehemently denies that the said amount of Rs 1.9 billion had never existed and avers that the statements made by you, the Hereundernamed Party No 1 (Bobby Hurreeram), are false and defamatory », peut-on lire du document. Roshi Bhadain fait ressortir que les propos tenus lors de cette émission sont toujours accessibles sur les réseaux sociaux et ceux-ci continuent à lui causer du tort. Par ces propos, avance-t-il, le ministre Hurreeram a voulu faire accroire à la population que Roshi Bhadain a des explications et des comptes à rendre au peuple sur cet argent et que son seul bilan neuf mois après qu’il a été ministre c’est la disparition de Rs 1,9 milliard.

Retrouvez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 9 août.