- Publicité -

Dr V. Gujadhur : « Pourquoi maintenir la limite de 50 quand tout pointe vers le bas ? »

— Chiffres la Santé : 299 admissions dans les hôpitaux et 18 décès le 4 mars, contre 21 admissions et 2 décès le 6 mai

— « Le GM fait-il des séquençages sur les variants BA.4 et BA.5, très présents en Afrique du Sud ? »

- Publicité -

« Pourquoi est-ce que le gouvernement mauricien ne lève pas certaines restrictions ?», se demande l’ancien directeur général du ministère de la Santé, le Dr Vasantrao Gujadhur. Il s’appuie sur le fait que les chiffres émanant des services de la Santé attestent qu’autant en ce qui concerne la sévérité de la maladie, donc, le nombre d’admissions de patients dans les hôpitaux et le circuit hospitalier, que le taux de fatalité, donc, les décès, sont en baisse régulière (voir tableau plus loin). « Et en contrepartie, le nombre de Mauriciens vaccinés est en hausse. Ce qui m’amène à me demander : pourquoi est-ce que le gouvernement maintient certaines restrictions comme la jauge de 50 personnes pour les rassemblements. Est-ce une raison médicale ou… politique ?» se demande-t-il.

Même s’il ne se trouve pas à Maurice, actuellement, le Dr Gujadhur se fait un devoir de suivre l’actualité. « Cela fait plusieurs semaines que les chiffres du ministère de la Santé traduisent une baisse tant dans le nombre de nouveaux cas de Covid-19 recensés, que les admissions et le nombre de décès », note-t-il. Et ce, avant de faire ressortir que « il est évidemment primordial de maintenir des mesures comme le port du masque en extérieur, l’usage du Sanitizer partout et à tout moment, ainsi que le maintien du Social Distancing. Ces trois mesures sont très importantes, d’autant que les centres commerciaux, les marchés et foires, les cours de récré des écoles et collèges, de même que les bus, le métro et les taxis train fonctionnent de manière normale », dit-il.

En revanche, souligne l’ancien DG de la Santé, « ce qui ne correspond à aucune logique, c’est que le gouvernement maintient la limite de 50 personnes dans les rassemblements. S’il s’agit d’endroits exigus, on peut comprendre. Mais dans les grandes salles, les halls immenses, les lieux de culte qui sont spacieux, les plages idem, cette logique ne colle pas ! »

De surcroît, soutient le Dr Gujadhur, « le taux de sévérité de la maladie, c’est-à-dire le nombre de patients atteints du Covid-19, admis dans nos hôpitaux et le circuit hospitalier, ainsi que le taux de fatalité, donc les morts causés par le virus, sont en baisse, quand on s’appuie sur les chiffres émanant des services du ministère de la Santé ! De 1 553 nouveaux cas recensés dans le pays, avec 299 admissions et 18 décès, enregistrés au 4 mars de cette année, contre 119 nouveaux cas, dont 21 admissions médicales et 2 décès, les chiffres parlent d’eux-mêmes ! »

Et puisque « Maurice affiche un taux de vaccination aussi important que des pays comme l’Angleterre, la France et l’Australie, je ne comprends toujours pas pourquoi les autorités locales ne modifient pas la restriction de 50 personnes, en vigueur. À moins que, plutôt qu’une décision médicale, c’est un argument politique qui prime…» Il souligne que « Maurice a plus de 80% de sa population qui est vaccinée de la première dose ; plus de 76% de la seconde dose, et plus de 55% du Booster Dose. Ce qui corrobore avec les taux prônés dans des pays comme l’Angleterre, la France et l’Australie, qui ont levé certaines restrictions ».

Dans le même souffle, le Dr Gujadhur retient que « l’Afrique du Sud, une destination de proximité avec laquelle nous avons une circulation régulière, enregistre, actuellement, une nouvelle vague causée par les variants BA.4 et BA.5. Est-ce que les autorités mauriciennes font un séquençage pour détecter la présence de ces variants sur les nouveaux cas locaux ? Ou est-ce qu’elles se concentrent toujours sur l’Omicron ?»

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour