La valeur qu’offrent les produits biologiques est inestimable pour la santé, le bien-être et l’environnement. D’ailleurs, la consommation de ces produits prend de l’ampleur dans le monde. Ce constat est aussi fait à Maurice. Et pour exploiter les opportunités dans ce secteur en pleine expansion, vendre les produits bio en ligne a été l’idée de Jean-Michel Nairac, qui a lancé son site Web, morganic.mu. Opérant dans le commerce en ligne, il compte bientôt étendre l’offre de ses produits. Durant la période de confinement, où tous les magasins dédiés à la vente des produits bio étaient fermés, les ventes sur morganic.mu ont augmenté de dix fois. Une tendance qui se poursuivra certainement…

Les Mauriciens sont aujourd’hui de plus en plus conscients de l’importance de consommer et d’utiliser des produits biologiques. Suite à cette observation, Jean-Michel Nairac s’investit dans la création d’un site Internet pour que les Mauriciens puissent, en un seul clic, obtenir tout ce qu’ils recherchent. Ainsi, en parcourant morganic.mu, le client pourra acheter des produits, entre autres, de consommation, d’entretien et de beauté. Mais vendre les produits biologiques à la population n’est pas une décision prise à la légère pour ce jeune professionnel. Étant lui-même très soucieux de l’importance de consommer des produits sains et de préserver notre environnement, se tourner vers ce segment a été pour lui comme une évidence. « En effet, le segment de l’alimentation biologique est en plein essor au niveau mondial et il semble que cette tendance continuera pour les années à venir. Nous voulons faire partie d’un marché en croissance qui contribue positivement à la santé de la population et à l’environnement », dit-il au Mauricien.

Pour Jean-Michel Nairac, les avantages de l’agriculture biologique sont multiples. Pour n’en citer que quelques-uns, ce type d’agriculture aide à améliorer la qualité de la terre et protège les eaux souterraines. « La pollution est grandement réduite, donnant ainsi lieu à un meilleur environnement. Étant donné que les produits chimiques ne sont pas utilisés dans la production des produits bio, ces derniers ont un niveau de toxicité inférieur et ont un taux d’éléments nutritifs élevé. Ces propriétés de l’agriculture biologique sont bénéfiques pour les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et ceux souffrant d’allergies. Et l’un des points positifs de se tourner vers l’agriculture biologique est le meilleur traitement accordé aux animaux. On ne donne pas d’antibiotiques ni d’hormones aux animaux élevés biologiquement », assure-t-il. L’agriculture biologique, ajoute le fondateur, est « éthique et durable » ainsi qu’une approche plus saine de l’agriculture. Pour le fondateur, au fur et à mesure que les gens prennent plus conscience de leur santé et de l’environnement, la demande pour les produits alimentaires biologiques connaîtra aussi une croissance. Pour prouver que les produits biologiques gagnent du terrain à Maurice, il avance que des commandes sont reçues tous les jours sur le site Internet.

Pour se tourner vers les produits biologiques, il faut d’abord être conscients et assez informés de l’authenticité des produits. Et pour prouver cette authenticité étant donné que Maurice ne dispose pas de laboratoire qui puisse effectuer des tests sur les aliments ou autres produits biologiques, Jean-Michel Nairac soutient que la plupart des produits, qui sont placés sur le site morganic.mu, sont certifiés internationalement. Ces compagnies, précise-t-il, ont des standards « très stricts » auxquels doivent adhérer les agriculteurs. C’est sur cette base que morganic.mu choisit ses produits mis en vente sur son site Web.

Alors qu’il doit se fier aux certifications étrangères, le fondateur espère qu’un laboratoire dédié aux produits biologiques voie le jour à Maurice et qu’il soit « bénéfique pour le marché domestique ». La majorité des produits importés par morganic.mu ont été certifiés par une compagnie reconnue à l’international.

Toutefois, même si les produits biologiques ont la cote dans le monde, leurs prix font souvent tiquer plusieurs personnes. Expliquant les raisons de cette situation, Jean-Michel Nairac avance que « l’agriculture biologique est déjà plus chère que l’agriculture traditionnelle ». Il ajoute : « Le niveau de la production est inférieur et requiert une main-d’œuvre plus importante. De plus, la certification est aussi un processus dont le coût est élevé. » Mais il reste optimiste que les prix « baisseront » à l’avenir.

Pour lui, « dès que Maurice mettra en place son laboratoire de certification destiné aux produits bio et connaîtra une croissance dans le nombre de fournisseurs en produits biologiques, les prix vont automatiquement chuter ». Mais le fait que les produits soient encore chers, poursuit-il, cela a un impact négatif sur les ventes. « Cela est entendu. Mais nous constatons que des clients acceptent quand même de payer un peu cher, tout en sachant que les produits biologiques ont un effet positif sur leur santé et l’environnement. De plus, en achetant bio, ils contribuent également au marché du travail », dit-il. Même si morganic.mu n’existe que depuis l’année dernière, Jean-Michel Nairac constate une hausse dans les activités sur son site Internet. Pour lui, cette observation confirme que la population est davantage plus consciente de l’importance de se tourner vers les produits biologiques et de protéger l’environnement. Une tendance, qui selon ses prévisions, continuera dans les années à venir.

Les ventes augmentent de dix fois pendant le confinement

La période de confinement s’est avérée positive pour morganic.mu, qui a enregistré une croissance au niveau de ses ventes. En effet, Jean-Michel Nairac indique avoir vendu dix fois plus, démontrant ainsi l’importance de la vente en ligne durant le couvre-feu. « Plusieurs compagnies dans la vente en ligne, dont la nôtre, ont enregistré une hausse de dix fois. De plus, plusieurs nouveaux compétiteurs sont venus sur le marché », note-t-il. Les mesures sanitaires prises lors du confinement, ajoute le directeur, ont permis de remodeler le paysage numérique de Maurice et ont brisé la barrière numérique pour que ces entreprises dans le commerce en ligne puissent faire leur apparition.
La fin des mesures imposées durant le confinement, qui arrive bientôt à terme, pourrait-elle avoir un effet sur les ventes en ligne ? Pour le directeur, la tendance de voir les Mauriciens plus orientés vers le numérique ne s’arrêtera pas. « Nous prévoyons que Maurice serait plus rapprochée de la moyenne mondiale dans les cinq prochaines années », dit-il, évoquant 10% à 20%. Ce qui signifierait, selon Jean-Michel Nairac, que la vente en ligne sera une industrie croissante de plusieurs milliards. C’est la raison pour laquelle morganic.mu étend son modèle d’entreprise non seulement pour la vente des produits bio mais aussi dans la santé et le bien-être des produits qui sont fabriqués localement. Ces produits, dit-il, sont en ligne avec l’approche éthique et durable de morganic.mu.

Durant la période de confinement, il dit avoir également noté une hausse dans la demande des produits locaux. D’ailleurs, les statistiques révèlent qu’en 2019, les commerces en ligne au détail ont contribué à 15% du total des ventes au détail. Et d’ici 2025, les commerces en ligne augmenteront leur contribution à 25%.

Mais des défis sont aussi présents pour le secteur du commerce en ligne. Alors qu’un organisme de certification est toujours attendu à Maurice, il est d’avis qu’il faut encore plus de fournisseurs sur le marché. Une hausse dans la concurrence, selon lui, fera chuter les prix considérés comme élevés pour se procurer des produits biologiques. En attendant que le secteur du commerce en ligne continue son développement, il prévoit des améliorations dans le service clientèle, la logistique, les mécanismes s’agissant du paiement et la qualité du site Web. Prenant le cas de Maurice, le créateur de morganic.mu soutient que la vente en ligne contribue très peu au total des ventes au détail. « La raison est que les Mauriciens ne sont pas à l’aise avec le shopping en ligne. Ceci est un important obstacle pour les entreprises locales qui veulent se lancer dans le commerce en ligne avant de faire leur apparition », constate-t-il.

Mais durant la période de confinement, il avance que la compagnie a assuré ses opérations. Ses employés ont livré des produits en respectant les mesures sanitaires. En vue d’accroître le nombre de ses produits, morganic.mu vient d’établir un partenariat avec deux entreprises dans la production et la fabrication des produits à base de miel.