Photo illustration

Branle-bas de combat à la Shri Atal Beeharry Vajpayee Tower, à Ébène, en début de semaine après que le ministère de la Santé ait appris que la mère d’un des employés du National Computer Board (NCB) fait partie des trois derniers cas positifs à la COVID-19. Un certain nombre d’employés ont été priés de rester chez eux.

Ce qui inquiète le NCB, c’est que l’employé en question avait repris le travail lundi. Occupant le poste de cadre du NCB, il travaille actuellement avec une trentaine de personnes à un étage de l’ex-Cyber City 1. Le NCB occupe au total deux étages, où exercent 90 employés. Le syndicat des employés est affilié à la State and Other Employees Union.

Dans une déclaration au Mauricien, le président de la SEF, Radhakrishna Sadien, a affirmé avoir pris contact avec un haut responsable du ministère de la Santé, après que les employés du NCB ont été conseillés de rester chez eux.

« J’ai appris qu’une équipe du ministère de la Santé est route pour aller désinfecter le bâtiment. Je voulais m’assurer que celui-ci soit désinfecté, car tout le bâtiment est desservi par des ascenseurs. Je réitère ma demande pour que les employés du NCB travaillent à domicile jusqu’à nouvel ordre et aussi pour que les employeurs accordent aux salariés des moyens de protection, car la COVID-19 est devenue une maladie professionnelle. Il y a un besoin urgent de mettre en place une Hotline pour dénoncer les employeurs qui font fi des équipements de protection pour leur personnel, car le virus peut aussi être contracté sur les lieux de travail », a conclu le syndicaliste.