PHOTO ILLUSTRATION @Montresor.mu

– Omnicane se recentre sur le sucre et l’énergie

– Spéculations persistantes autour d’une éventuelle vente de Holiday Inn

Confronté à d’énormes difficultés financières et un endettement massif, le groupe Omnicane, dirigé par Jacques d’Unienville, a dû sacrifier son prestigieux projet de Smart City ainsi que des terres, dans la conjoncture. Ce qui a précipité Omnicane à céder ses actifs – tout comme Sun Ltd qui a dû vendre un hôtel récemment – c’est que « depuis le COVID-19, il y a eu une série d’annulations et de non-confirmation d’intentions », dit-on dans certains milieux. Et d’ajouter : « Cela a été une dégringolade terrible pour la Smart City. Le projet avait été gelé complètement. Avec l’absence de touristes dans le pays, il y a aussi manqué d’Exposure et de clients. C’est clair que le groupe fait aujourd’hui les frais de tout qui s’est passé depuis 15 mois. »

La crise sanitaire, des dettes de Rs 10 milliards et des problèmes de trésorerie, engendrés par la crise économique, ont forcé le groupe à sacrifier une partie de ses actifs. Toute une réflexion stratégique avait été initiée depuis plusieurs mois déjà, comprenant la restructuration financière, et la décision avait déjà été prise de se séparer de certains Assets, car en fait, les déboires financiers d’Omnicane datent d’environ deux ans et ont été exacerbés par la chute des prix du sucre sur le marché mondial d’une part, et la pandémie d’autre part.

Dans certains milieux du secteur privé, la vente de certains actifs du groupe n’étonne pas outre mesure : « La vocation d’Omnicane n’est pas basée sur une Smart City. Son business et son focus, c’est la canne, et s’il est amené à vendre ses actifs fonciers, ce n’est pas un Move qui est à l’opposé de sa vocation primaire. Le groupe est lourdement endetté et ce n’était plus soutenable dans un contexte Covid. »

Un autre patron d’entreprise déclare que « c’est l’heure des choix pour tout le monde… et parfois il vaut mieux se séparer de certains actifs pour rester en vie. C’est la réalité économique. »

Un cadre financier note que : « le choix était clair : vendre des actifs pour renflouer sa situation financière ou la  faillite. Je pense qu’il va aussi devoir vendre son hôtel, mais il attend sans doute un meilleur moment pour cela pour avoir un prix plus attrayant. Vendre l’hôtel serait la suite logique. » Les spéculations autour d’une mise en vente de l’hôtel Holiday Inn circulent d’ailleurs depuis un certain temps…

Certains acheteurs potentiels auraient manifesté leur intérêt pour le rachat de cet établissement, actuellement converti en centre de quarantaine et la vente ne serait pas à l’ordre du jour, du moins pas dans l’immédiat.

Omnicane va désormais se relever et se recentrer sur le sucre, l’énergie, la plantation, la transformation de la canne, l’utilisation de la bagasse pour fabriquer de l’énergie, le bio éthanol, les gaz carboniques industriels et les fertilisants bio à partir de la mélasse. Le groupe a également développé un marché niche avec la production de Sanitizer. Il développe parallèlement des sucres spéciaux et poursuit la culture de la pomme de terre.