Les dirigeants de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) ont organisé une manifestation pacifique devant l’Hôtel du Gouvernement hier à la mi-journée. Munis de pancartes, sur lesquelles on pouvait lire « Kifer Cover-up lor case Mauritius College ? » ou encore « Kifer direkter PSSA pe protez College Mauritius ? », les dirigeants de cette formation syndicale ont réclamé la publication du rapport d’un comité d’enquête sur la gestion du Mauritius College.

Le président de l’UPSEE, Bhojeparsad Jhugdamby, dit soupçonner que ce rapport préconise la fermeture de ce collège. « Pour en avoir le cœur net, nous souhaitons que ce rapport soit rendu public le plus vite possible », a-t-il déclaré, avant d’affirmer que le syndicat continuera à manifester devant diverses institutions « jusqu’à ce que la Private Secondary School Authority (PSSA) publie ce rapport », qui doit intervenir avant la rentrée scolaire de juin prochain. Pour lui, le directeur de la PSSA « doit être révoqué dans l’intérêt public, car cette institution ne fonctionne pas dans la transparence ».

Le président de l’UPSEE, rappelant que le syndicat compte 4 000 membres, dit avoir réclamé au ministère de l’Education un comité d’enquête.

Il explique que ce comité d’enquête a rendu son rapport en février dernier et que, malgré cela, « dominer pe kontinie » au College Mauritius. Ainsi, poursuit-il, « des travailleurs sont appelés à accomplir certaines tâches alors que cela ne tombe pas dans leurs conditions de service ». Or, selon lui, il incombe à la PSSA de « sauvegarder ces conditions de services » des employés. « Nous avons manifesté la semaine dernière devant la PSSA pour réclamer la publication de ce rapport, car nous savons que ce document est bien “daming” », poursuit Bhojeparsad Jhugdamby. De fait, il se dit persuadé qu’il y a « un Cover-Up autour de la non-publication de ce rapport ».