photo illustration

Dans le cadre des élections villageoises du 22 novembre, les Casernes centrales ont transféré 45 policiers temporairement dans diverses régions rurales pour prêter main-forte à leurs collègues dans les postes de police. Leur “temporary posting” a débuté jeudi et prendra fin le 24 novembre.

Beaucoup de ces éléments sont issus du Central CID, du Passeport and Immigration office, du National Coast Guard, et surtout des divisions urbaines comme la Central et Metro Division. Ce sont trois caporaux et 42 constables dont dix policières qui sont concernés par cette décision émanant du commissaire de police, Khemraj Servansingh. Ainsi, 16 policiers ont pris la direction du nord, 15 du sud, et 14 de l’est, tandis qu’une quinzaine devra être envoyée dans la région ouest sous peu.

Une source aux Casernes centrales indique qu’un « deuxième contingent de policiers sera envoyé dans certaines régions la semaine prochaine ». Ces policiers sous le “temporary posting” travailleront majoritairement dans les centres. « Au moins deux policiers seront postés dans chaque centre de vote », indique notre source, alors que ce sont 130 villages qui sont concernés par ces élections.

Les Divisional Commanders de toutes les divisions de l’île ont eu une rencontre avec le commissaire de police durant la semaine pour établir un plan de travail. Le Metro Nord (hormis Baie-du-Tombeau) et Sud et la division Central sont peu concernés par ces élections. Néanmoins, le Police Headquarter a demandé au personnel de ces divisions de rester en alerte en cas de nécessité alors que les congés pour le week-end du 21 et 22 novembre sont gelés. Les responsables des autres divisons ont, eux, sollicité du renfort car outre des policiers dans les centres de vote, des officiers seront placés à une centaine de mètres plus loin afin de contrôler l’accès et empêcher toute tentative de “canvasing” dans le périmètre du centre. Alors que des patrouilles sont aussi prévues pour maintenir l’ordre dans les villages. La police régulière sera épaulée par des unités comme la CID, l’ADSU, la DSU ou encore la SSU. « Le nombre de policiers déployé dans un village dépendra de sa superficie et du nombre d’électeurs », indiquent les Casernes centrales. Et d’ajouter : « A titre d’exemple, il y aura plus de policiers à Triolet qu’à Mont-Goût. »
Des équipes de la Special Mobile Force (SMF) et la Special Support Unit (SSU) seront en “stand-by” à Piton, Flacq, Rose-Hill et Port-Louis. « Une fois l’heure du vote passée (16h), la SSU ou la SMF prendront place dans les centres, avec des policiers en uniforme, pour veiller à ce qu’aucune personne non autorisée puisse avoir accès à l’intérieur lors du décompte des voix. »

Une fois cet exercice terminé et les résultats annoncés, certains policiers seront postés sur les routes au cas où les gagnants feraient un défilé, alors qu’une équipe de police accompagnera le Returning Officer au bureau de la Commission électorale à Port-Louis avec les urnes. C’est la semaine prochaine que les Casernes centrales décideront du nombre de policiers qui seront mobilisés après des discussions avec le bureau de la Commission électorale.