- Publicité -

En cas d’alerte 2 – Flexibilité pour le personnel non-enseignant : La GSEA sollicite une rencontre avec la ministre Dookun

La Government Services Employees Association (GSEA) réclame une rencontre urgente avec la ministère de l’Education, de l’Education supérieure, de la Science et de la Technologie, Leela Devi Dookun-Luchoomun, pour trouver un point d’entente concernant la flexibilité qui pourrait être accordée au personnel non-enseignant en cas d’alerte cyclonique 2 et de fermeture des écoles pour les élèves et les enseignants. Une correspondance lui a été adressée fin février à cet effet.

- Publicité -

L’association rappelle que plusieurs demandes ont été faites dans le passé pour que le ministère de tutelle vienne de l’avant avec une circulaire réglementant les heures de sortie de ces membres du personnel, « en ces circonstances particulières », où ils sont « unnecessarily and unproductively retained at school », mais en vain. Or, l’heure de départ de ces personnes est à la discrétion du chef de l’établissement où ils travaillent, et l’association estime que « in many instances, we have observed that same is not fairly implemented ».

La GSEA affirme que l’anxiété a augmenté lorsque les services météorologiques ont annoncé que les conditions climatiques demeureront instables jusqu’à la mi-mai 2022, avec des risques accrus de cyclones et de mauvais temps, avec la possibilité que les écoles soient régulièrement fermées, comme c’est le cas dans ces circonstances. Il rappelle que le personnel non-enseignant doit se rendre sur son lieu de travail ces jours-là, et qu’ils ne refusent pas de le faire, mais il souhaite qu’il y ait une « cohérence dans les heures de départ » et que cette demande soit traitée afin de les encourager et de diminuer leurs frustrations.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour