La commission anticorruption (ICAC), à qui la Banque africaine de développement (BAD) a refusé de transmettre des informations sur le St-Louis Gate, devrait travailler avec la firme danoise, BWSC, accusée de pratiques corruptrices dans le cadre de l’exercice d’appel d’offres autour de la centrale thermique de St-Louis.

« La BAD a informé l’ICAC qu’elle n’est pas en mesure, pour l’instant, de communiquer le rapport sur les allégations de corruption par la firme danoise Burmeister & Wain Scandinavian Contractor A/S (BWSC) de par la confidentialité et des procédures internes », peut-on lire dans un communiqué émis par la commission ce vendredi 19 juin.

« Par contre, en vertu du ‘Negotiated Settlement Agreement’ entre la BAD et la BWSC, la banque africaine a exhorté la firme danoise de collaborer pleinement avec l’ICAC dans le cadre de cette enquête », est-il ajouté.

Pour rappel, des officiers du Central Electricity Board, du Central Procurement Board et un officier du ministère des Services publics ont été entendus par l’ICAC, lundi 15 juin, dans le sillage de l’enquête sur le St-Louis Gate.