COVID-19, obligeant le gouvernement à imposer un confinement en pleine période d’études pour les étudiants du tertiaire, a poussé l’Université de Maurice (UoM) à se préparer aux éventualités imprévues. Le conseil de l’institution a approuvé un Strategy Paper, comprenant plusieurs volets et touchant différents segments, allant des étudiants à l’administration. « Ce document permet à l’UoM de s’adapter à la transformation rapide de notre environnement depuis l’apparition de la pandémie », explique-t-on sur le campus du Réduit.

À travers les stratégies élaborées dans ce Strategy Paper, l’UoM devrait être « plus apte » à répondre à une situation similaire à l’avenir. « Les stratégies, que nous mettrons en place, nous permettront d’assurer la continuité de nos services s’agissant principalement de l’enseignement et de l’apprentissage dans une manière plus efficiente », ajoute-t-on. De ce fait, les étudiants auront une expérience d’apprentissage ininterrompu. Désormais, l’admission des étudiants ne se fera plus en fonction de la superficie de la classe pour les différents programmes et aucune limite ne sera imposée pour des cours en présentiel. D’ailleurs, l’institution a récemment signalé son intention d’augmenter le nombre d’étudiants. De plus, les cours offerts seront réorganisés dans le but d’accroître davantage les revenus.

Afin de réaliser les objectifs établis, l’UoM engage ses actions dans une manière progressive. Les modules, qui réunissent un grand nombre d’étudiants de toutes les années, et ceux qui sont non-scientifiques et technologiques pour les étudiants de première année seront offerts en ligne. Les outils utilisés seront, entre autres, Google Meet, Zoom ou Jitsi. « Au moins 50% des cours d’un module (composante de cours pour 2e et dernière année) seront dispensés par le biais de conférences virtuelles combinées à une interaction directe par le moyen de tutoriels et/ou des sessions de laboratoire, si nécessaire », peut-on lire dans le Strategy Paper.

Tous les cours dans les programmes de troisième cycle seront dispensés par le moyen de conférences virtuelles, à l’exception des cours pratiques ou des séances en laboratoire ou encore des séminaires spécialisés, et/ou lorsqu’une personne est invitée pour une conférence. Les cours seront enregistrés pour que l’étudiant puisse y avoir accès à son aise. De plus, de nouvelles pédagogies seront encouragées, notamment la “flipped classroom” pour un apprentissage plus dynamique des étudiants. Les mécanismes d’évaluation seront aussi revus. Les étudiants de première et deuxième année seront contrôlés par une évaluation continue, et au moins, un examen en classe ou en ligne. S’agissant des devoirs, leur soumission sera faite en ligne en utilisant les plateformes appropriées.

Dans cet élan de s’adapter aux changements, notre interlocuteur fait ressortir que les stratégies ne se focalisent pas uniquement sur l’apprentissage et l’enseignement. Le personnel de l’UoM se verra aussi formé pour parer à une quelconque éventualité. L’UoM vise à « améliorer la productivité et l’efficacité de tout le personnel à travers de nouveaux procédés ». Ces procédés, dit-on, seront soutenus par la technologie. Des formations seront offertes aux universitaires et au personnel administratif pour qu’ils aient une meilleure culture numérique. « Des services de qualité seront aussi offerts à nos “stakeholders” », explique notre source. Pour réaliser les objectifs de ce Strategy Paper, il soutient que « l’UoM s’assurera que toutes les ressources nécessaires et les facilités sont bien en place ».