Pétillante et ambitieuse, Luxmi Sookra qui travaille au Lux Belle-Mare comme assistante de coordination des mariages a une passion pour tout ce qui relève de l’artisanat. Elle dit créer ainsi « des souvenirs et du bonheur ». Le Covid-19 ayant permis de mettre en avant les produits Made in Moris, elle trouve que cela représente une aubaine pour les petites entreprises. Son entreprise Craft.Mi, qui est très sollicitée, apporte du bonheur et des couleurs dans tout ce qui touche à la décoration.

En raison des contraintes financières, Luxmi Sookra a dû se résoudre à abandonner ses études de mode et de design. Comme Lux Belle-Mare recrutait un assistant pour le club enfants, elle a postulé et a été recrutée sur-le-champ. « Les enfants ont leur propre façon de voir le monde, coloré, féerique et magique. Même si vous êtes stressé, les regarder vous fait oublier tous vos stress et soucis. » Après avoir travaillé pendant trois ans dans le département du club enfants, Luxmi Sookra, curieuse de connaître l’industrie hôtelière, a décidé d’explorer d’autres départements. Dans un premier temps, elle atterrit dans le département du “front office” en tant qu’assistante du coordinateur des mariages. C’est à partir de là qu’elle s’est découvert une passion pour la décoration. 
Luxmi relate que le secteur de l’hôtellerie présente différents défis, et que chaque journée au travail est perçue par elle comme étant une nouvelle aventure. Elle a d’abord appris à connaître les exigences de chaque client et à les aborder de manière différente. Parlant des deux confinements qui ont bouleversé son existence, elle dira sans détour : « Le “lockdown” a apporté un grand changement pour l’industrie hôtelière, comme pour les autres secteurs. Nous avions eu peur de perdre notre emploi et il y a eu plein de questionnements sur ce que serait la nouvelle normalité, et aussi si nous serions capables de nous adapter. En travaillant pendant le “lockdown”, j’ai remarqué cet esprit d’entraide qui prévalait et qui pour moi était comme une deuxième force. »

Faire de l’artisanat autrement

En parallèle, Luxmi Sookra décide de suivre des cours de marketing à l’université de Maurice, car pour elle, ce domaine pourrait l’aider à mieux faire fonctionner son entreprise, notamment par rapport à sa technique d’approche vis-à-vis des clients, et surtout sa manière d’orienter son produit de manière à atteindre la clientèle.

Maîtrisant les théories apprises, Luxmi Sookra décide de l’appliquer à son entreprise Craft.Mi. Pour elle, le choix d’un nom pour son entreprise a été la chose la plus difficile. « Je me souviens que je passais des heures et même des jours à réfléchir au nom parfait. Un jour, j’ai eu l’idée d’utiliser mon nom Luxmi et un autre nom, Craft qui représente l’artisanat pour mon entreprise et le résultat final est sorti : Crafting, qui est l’élément principal de mon entreprise (Craft) + Luxmi (Mi) et le résultat final est ainsi : Craft.Mi. Je suis très heureuse du nom et de l’accroche, qui convient aussi très bien à mon entreprise, qui va définitivement au-delà de l’artisanat et des créations. Nous créons des souvenirs et du bonheur grâce à nos produits, nos cadeaux et leur caractère unique. Chaque produit et chaque décoration sont uniques. »

Pour en revenir à Craft.Mi, Luxmi raconte que l’artisanat a toujours été omniprésent dans sa famille, à travers son père, Sunil, ouvrier métallurgiste. Elle a grandi en le regardant faire des dessins sur les cadres de fenêtre, en pliant les métaux. Luxmi, elle, décide de faire de l’artisanat autrement, en créant des pots de fleurs, en utilisant des métaux, tout en ayant en tête un souvenir. « C’était pendant la Journée des enseignants. Mon père faisait des fleurs en papier pour que je les apporte à l’école. Cela a sonné comme un déclic. D’où mon idée de faire Art and Design comme matière principale. Au collège, pour avoir un peu d’argent de poche, je créais des cartes de vœux, jusqu’au jour où mon fiancé, Kritz Dussoye, m’a donné l’idée de créer ma page Facebook pour atteindre plus de gens. Il s’occupe également du marketing et de la photographie de mon produit. J’ai une petite pièce de ma maison à Flacq que j’ai convertie en atelier, elle contient ma machine à coudre, mon ordinateur portable et tout mon matériel d’artisanat. »

« Soutenez nos entreprises locales »

Ses créations sont vastes : sacs à main, objets de décoration personnalisés tels que porte-bague, bouteilles de champagne décorées, tableaux de bienvenue, etc. Selon elle, les produits qui sont actuellement à la mode sont les “rakhis” personnalisés, les bouteilles de champagne décorées pour les mariages, les porte-bague, les panneaux de bienvenue. « Les clients ont des choix différents et ils viennent avec des photos spécifiques de leur produit que je reproduis, ils sont surtout influencés par des photos qu’ils ont trouvées en ligne. »

Concernant sa façon de créer, la femme entrepreneur indique qu’elle fait au préalable des recherches sur les matériaux disponibles localement. La tendance actuelle pour les couleurs, selon elle, est un thème rustique. Car la plupart des gens veulent se mettre au vert tout en voulant des produits en accord avec leurs thèmes, idem pour les décorations.

Actuellement, elle travaille sur un porte-bague utilisé pour les fiançailles que des clients commandent généralement de manière personnalisée, avec leur nom et la date des fiançailles. Elle décore aussi des bouteilles de champagne et travaille sur des commandes de “rakhi” personnalisés pour frères et sœurs. Luxmi conçoit qu’être une femme entrepreneur de 28 ans est assez éprouvant car elle doit concilier sa vie personnelle à sa carrière, sa passion pour l’artisanat et ses études.

Depuis, la pandémie de Covid-19, les Mauriciens sont encouragés à acheter du Made in Moris. À cela, Luxmi répond : « Je vois cela comme une grande opportunité pour les petites entreprises locales d’exposer leur savoir-faire sur le marché local. Nous avons des gens qui fabriquent des produits extraordinaires que nous ne pouvons pas imaginer et avoir notre marketing local pour les vendre est comme une bénédiction. Avant le Covid, les gens achetaient leurs produits en ligne. Cela va certainement apporter un grand changement pour nous. Et je crois vraiment qu’il faut soutenir les entreprises locales. »

Luxmi est également très présente sur les médias sociaux qui l’ont aidée à atteindre plus de clients. « J’ai des gens qui aiment ma page Facebook ou qui envoient des messages pour un produit spécifique. Je fais de la publicité pour mes produits en prenant des photos. Tous mes produits sont pour différents groupes d’âge. »

La jeune femme doit une fière chandelle à ses parents qui l’ont soutenue pour que son rêve devienne réalité Elle a aussi une pensée pour son fiancé et au responsable du restaurant où elle travaille qui lui ont donné l’opportunité de lancer son entreprise de décoration.