Son créneau a d’abord été l’événementiel, notamment dans l’organisation et la gérance des concerts de DJ internationaux dont Tiesto, Vendetta. Avec le Covid-19, Ève Jeannot, Mawé pour les intimes, a choisi de se réinventer en se lançant dans la fabrication du fromage artisanal avec À nos papilles-Artisan Crafted. À travers une autre enseigne nouvellement créée, La Pie moqueuse, elle propose diffèrents produits dérivés, tous fabriqués à Maurice avec des inscriptions en kreol, français et anglais, sur un ton humoristique. Ève est aussi sensible à la cause des femmes entrepreneures en difficulté avec la pandémie. Et a créé à cet égard une page Facebook, The Sisterhood – MRU, afin de réunir les femmes sur cette plateforme et les motiver à accomplir leurs rêves.

Les débuts d’Ève Jeannot dans l’entrepreneuriat remontent à 2004, mais auparavant elle a travaillé comme téléphoniste, dans les relations publiques, la communication. Dans l’univers de la vente, Ève Jeannot s’y connaît également pour avoir pu développer ses compétences comme commerciale chez SCS, Harel Mallac, sous la férule de Pierrot Pellegrin. « Pierrot Pellegrin a été ma source d’inspiration, il a cru en moi. Je ne connaissais rien de la vente, absolument rien. Et pourtant, quelques semaines après je ramenais de très gros clients, et, j’ai toujours atteint mon chiffre d’affaires en fin de mois, dès fois je le dépassais même. Après presque quatre ans, j’ai suivi Pierrot qui avait lancé sa propre entreprise et, par la suite, constatant que je pouvais absolument gérer dix mille choses en même temps sans faille, je me suis dit que je serai mon propre chef et que je mènerai les autres à accomplir de grandes choses également en les guidant et en leur apprenant les rouages du métier. »
Commentant son sobriquet, Mawé, Ève part d’un grand éclat de rires : « Il provient de mon petit frère Thierry. Quand il était bébé, il ne pouvait pas dire mon nom proprement, donc il disait Mawé, mawéwé… Et c’est devenu mon sobriquet utilisé par tous mes intimes. » Fêtarde dans sa jeunesse, Ève a aussi su donner le ton dans l’événementiel en se lançant dans la gérance des concerts de DJ internationaux comme Vendetta, Tiesto, ATB. À 48 ans, aguerrie, elle a su mettre à profit ses expériences cumulées dans la vente.

La battante
Sa philosophie de vie repose sur un mantra : « Use the blocks people throw at you to build a castle. » Son trait de caractère ? « Difficile de dire, soit on m’aime ou on me déteste. Dans les deux cas, je ne me soucie pas car chaque jour que Dieu me donne, je fais de mon mieux. Je suis une battante, une véritable “warrior”. » J’ai un caractère spécial, il ne faut pas trop me chercher, me mentir et me mener en bateau. Je pense être quand même une personne qui aide les autres du mieux que je peux et je vis ma vie privée dans la simplicité la plus totale. »

Par sa persévérance, Ève Jeannot s’est construit une carapace de leader qui a su mettre à profit sa créativité. Elle a le sens du détail, la finesse des mots, la persuasion lorsqu’il s’agit de convaincre la clientèle et surtout de mettre à profit ses idées novatrices et ses expériences cumulées sur le tas. Sans langue de bois, toujours avec ce sourire qui la caractérise, Ève reconnaît avoir aussi un petit côté exigeant. « Je dois aussi dire que je ne suis pas facile à suivre avec mon caractère souvent jugé “explosif”, mais je crois bien que la plupart de ceux qui m’ont côtoyée professionnellement peuvent aujourd’hui dire qu’ils ont beaucoup appris de ma rigidité. »

Ève sait aussi jongler avec trois créneaux : l’événementiel, la fabrication du fromage artisanal et il y a quelques jours, le lancement de sa nouvelle marque, La Pie moqueuse. Elle s’explique : « Ce sont trois entités distinctes et c’est là que je me plais ! Avoir plein de choses à faire dans divers domaines, plus le stress et l’adrénaline qui monte, mieux je suis. L’événementiel reste mon domaine de prédilection. J’organise des événements privés et corporate, tels que les soirées de fin d’année, des “team buildings”, des réunions privées de direction, des journées récréatives, les kermesses, des mariages et des fêtes. Je m’occupe de tout et livre ces événements clés en main à mes clients. Le fromage est mon dernier bébé. Je fabrique du fromage artisanal, principalement le fromage blanc que je développe sous plusieurs formes et je mélange des saveurs. Cela me passionne parce que ma créativité tourne à plein régime. J’ai appris à faire du fromage pendant le dernier confinement. Je fais aussi mes propres tomates séchées au soleil, des confits de poivrons, des fudges à plusieurs saveurs, des snacks bons pour la santé tels que des biscuits à base de blé, d’avoine et bien d’autres bonnes choses. Et enfin, La Pie moqueuse. Celle-là vient d’être enregistrée, c’est une compagnie qui propose des produits comme des T-shirts, des sacs isothermes, casquettes, tasses, gourdes, tabliers, sous-plats, tous fabriqués à Maurice. Nous imprimons nos propres inscriptions sur ces items et les illustrations de la pie s’adaptent à chaque texte. Des textes sarcastiques et comiques principalement. Ils sont en créole, en français et en anglais. Cela risque aussi de choquer certains, sans vulgarité bien sûr, mais c’est l’effet qu’on voudrait projeter. Les produits sortiront en octobre 2021. »

Mélanges atypiques de fromage
Parlant de la fabrication de son fromage blanc artisanal, Ève Jeannot dit avoir recours au lait frais de la vache, pasteurisé, sans conservateur et qui se déguste frais. Son fromage peut être conservé jusqu’à cinq jours, dépendant de la saveur qui accommode le fromage. Si c’est du saumon fumé, la durée sera de trois jours. « J’innove en concoctant des mélanges atypiques comme du poisson salé, du carry de poulet grillé, une touche de safran. Je développe le lait sous plusieurs formes, de la ricotta, de la mozzarelle, burrata, labneh… Je compte faire découvrir de nouvelles saveurs chaque week-end. Je n’en fais que les week-ends car j’attribue mon temps en semaine à plusieurs projets et mes petites entreprises. » Le labneh peut être utilisé dans les salades ou étalé sur du pain, dans des crêpes. L’idée du fromage lui est venue pendant le confinement. « J’avais fait un fromage au pruneau, noix de pécan et poivron jaune. Ma filleule Chloé m’a dit que je devrais en faire une petite entreprise car elle l’avait trouvé délicieux et je me suis lancée dans le projet. » S’agissant de La Pie moqueuse, elle a trouvé le nom suite aux petites piques lancées par ses proches. Ève en a fait son logo pour créer une marque qui reflète bien sa personnalité. Les produits seront bientôt mis en ligne.

Le Covid ayant pris de court toutes les entreprises, Ève trouve pour sa part que cela lui a donné un brusque sursaut, voire l’a aidée à sortir de sa somnolence pour encourager le Mauricien à consommer local. Elle est d’avis qu’il est urgent de mettre en avant le label Made in Moris qui serait bénéfique pour les PME. Sa stratégie pour positionner son entreprise s’articule autour du fait qu’il est temps de s’adapter au Covid-19. N’ayant ni magasin, ni un local, elle utilise les réseaux sociaux afin de promouvoir son entreprise en lumière tout en restant en communication constante avec ses clients. Sur le long terme, Ève Jeannot se voit bien développer une ligne d’épicerie fine, tout en ayant en tête la commercialisation de savons et de bougies fabriqués dans un style hors du commun. Ève Jeannot a aussi ses passe-temps favoris : des jeux intellectuels, des jeux de société, des quiz, et surtout jouer avec Honey, son chien.

Aux femmes entrepreneurs, Ève Jeannot voudrait simplement leur dire d’oser, de créer et surtout d’être des battantes. « Je voudrais dire bravo à toutes ces femmes qui se sont lancées à leur compte dernièrement avec le Covid. Je suis très fière d’elles. J’ai d’ailleurs créé une page Facebook The Sisterhood – MRU afin de réunir les femmes sur cette plateforme et les motiver quotidiennement à accomplir leurs rêves, car je sais que beaucoup en ont mais hélas, elles n’ont pas de soutien moral. »