- Publicité -

Couche d’Ozone – Ramano : « Les impacts du changement climatique de plus en plus visibles à Maurice »

Dans le cadre de la Journée internationale de la préservation de la couche d’ozone, le ministre de l’Environnement, de la Gestion des déchets solides et du Changement climatique, Kavy Ramano, s’est appesanti sur le fait que les impacs du changement climatique sont de plus en plis visibles.

- Publicité -

Dans son intervention, il a surtout mis l’accent en faveur d’une « approche intégrée et commune, de tout un chacun, surtout de la part de nos jeunes, dans les efforts conjugués pour protéger la couche d’ozone et déférer son appauvrissement ».

Cette session de travail, organisée par le ministère de tutelle, se destinait justement principalement aux jeunes Mauriciens en vue de les sensibiliser davantage sur la question et les amener à développer une participation plus active dans les efforts entrepris dans ce secteur. « La production et la consommation durables de pair avec une approche circulaire, permettront de consolider le développement économique, tout en réduisant la pollution, atténuant le changement climatique, et certainement, impactant positivement la santé des Mauriciens », fait-il comprendre.

« Tout cela est parfaitement réalisable, moyennant que toutes les parties prenantes, l’État autant que la population, joignent leurs efforts. Et sur ce plan, nous comptons surtout sur nos jeunes, qui sont les leaders de demain », poursuit le ministre en rappelant que « les impacts du changement climatiques sont de plus en plus ressentis et visible chez nous ». Il a ainsi cité le déséquilibre des précipitations, l’augmentation par 1,39 °C de la température, sans compter le niveau de la mer, qui accuse une hausse annuelle de 5,6 mm, ainsi que le blanchissement des récifs coralliens et l’érosion des plages, qui a diminué par 20 mètres dans certains endroits durant la dernière décennie.

La Journée internationale de la préservation de la couche d’ozone, décrétée en 1994, commémore le Protocole de Montréal, adopté en 1987 et mis en vigueur deux ans plus tard. Maurice en est signataire. Kavy Ramano devait encore préciser que « dans le cadre de son plan de gestion de l’élimination des HFC (hydrofluorocarbures), Maurice est parvenue à réduire considérablement sa consommation de HFC, qui est passée de huit tonnes potentielles d’appauvrissement de la couche d’ozone, en 2013, à 1,38 tonne en 2021 ».

Il a aussi indiqué que « d’ici 2025, si nous continuons dans cette voie, nous parviendrons à l’élimination complète des HFC ». Il a par ailleurs rappelé que le gouvernement mauricien a alloué une enveloppe de Rs 2 milliards pour le National Environment & Climate Change Fund.

L’UN Resident Coordinator, Christine Umotoni, a « félicité Maurice. « Le gouvernement Mauricien est très engagé dans ses efforts pour diminuer l’appauvrissement de la couche d’ozone et faire reculer les effets du changement climatique », dit-elle, tout en notant que « les cas de cataracte oculaire et de cancer de la peau sont en hausse ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour