Photo illustration

Nombreux sont ces jeunes Mauriciens à avoir, depuis l’année dernière, postulé dans des universités étrangères en février afin de poursuivre leurs études supérieures. Aussi, la réouverture des frontières restant toujours incertaine, ces jeunes n’ont eu d’autre choix que d’accepter de poursuivre la première année de leurs études en ligne. Le problème, c’est que cette année encore, la rentrée piétine, et les jeunes qui pensaient voyager afin d’entamer leur nouvelle année académique sur le campus se retrouvent dans une nouvelle impasse. L’option de continuer les cours à distance pour une année supplémentaire se précise, alors qu’ils ont déjà payé leurs frais d’études.

Malgré la pandémie, les études à l’étranger restent une option pour bon nombre de jeunes Mauriciens. Pour preuve, ils étaient nombreux à assister aux différents salons de l’étudiant virtuels en vue de postuler dans des universités étrangères. Des responsables confirment d’ailleurs que bon nombre de jeunes ont déjà postulé avec leurs “forcast results”. Sauf que rien ne s’est passé comme prévu et que certains qui auraient déjà dû prendre l’avion l’année dernière n’auront pu le faire et ne savent toujours pas quand ils le pourront.

Ainsi, pour ce qui est de l’Australie, la rentrée universitaire se fait d’habitude en avril pour les étudiants étrangers. Aussi, les Mauriciens ayant opté pour se pays s’envolent généralement vers le mois de mars afin de pouvoir remplir les formalités d’inscription avant le début des cours. Ce qu’ils ne pourront donc faire cette année encore, du fait de l’interdiction de voyager et des conditions sanitaires prévalant à l’étranger.

Ces jeunes, en contact permanent avec les agents recruteurs depuis quelques jours, se disent « inquiets » quant à cette année académique. Il faut en effet savoir que la Grande-Bretagne a complètement fermé ses institutions aux étudiants internationaux alors que d’autres pays, comme le Canada, imposent des conditions strictes pour l’arrivée d’étudiants étrangers. Certaines institutions étrangères ont d’ailleurs déjà informé les Mauriciens concernés de la possibilité que la rentrée soit reportée.

Toutefois, dans plusieurs pays, les institutions supérieures envisagent d’offrir cette année encore des cours en ligne afin de ne pas pénaliser ces jeunes. Du moins tant que la situation ne s’améliorera pas. Pour autant, pour les jeunes concernés, « il y aura quand même un cafouillage, car on s’attendait à être sur le campus pour la deuxième année ».

Par ailleurs, dans certaines institutions, priorité a été accordée à la continuité pédagogique sous toutes ces formes. Les formations poursuivront donc leur activité en e-Learning. En outre, si la rentrée doit être reportée, les cours seront reprogrammés dans les délais les plus brefs possibles, en fonction évidemment de l’évolution de la situation. Certaines institutions ont déjà pris contact avec les étudiants pour les informer que de nombreuses mesures ont été mises en place pour les aider pendant cette période, et pour les rassurer sur les conséquences de cette crise sanitaire sur leurs études.